Partagez|

Il y a des cicatrices physiques cachées par les vêtements et d'autres émotionnelles camouflées d'un sourire [PV Pray]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
Chevalier

Messages : 49
Date d'inscription : 08/04/2018
Inventaire : - Lanterne

Cindelle Nyriam

MessageSujet: Il y a des cicatrices physiques cachées par les vêtements et d'autres émotionnelles camouflées d'un sourire [PV Pray] Mar 10 Juil - 23:43
Comme tous les jours, c'était à l'église que se rendait Cindelle. Enfin, tous les jours... Il ne fallait pas exagérer non plus, elle était chevalier, et parfois son emploi du temps l'en empêchait, mais elle y allait aussi souvent qu'elle pouvait. Oui, elle était chevalier, hein... ? Elle avait bien sa place dans l'ordre... Non ? La jeune fille secoua la tête pour chasser les pensées négatives qui se formaient dans son esprit de plus en plus souvent. Elle avait toujours eu un gros manque de confiance en soi, mais en ce moment... Elle touchait le fond.

D'habitude, on pouvait voir la chimère gambader joyeusement en traînant derrière elle sa longue et magnifique chevelure tel un ruban. On pouvait voir cet immense sourire à ses lèvres qui respirait l'innocence et la joie. On pouvait aussi la voir se cassait la figure tous les dix pas, elle et sa maladresse mais.. C'était autre chose. Là, elle traînait des pieds, soupirant encore et encore, les yeux obstinément fixés au sol. Pourtant, cela ne suffisait apparemment pas à prévenir sa gaucherie puisqu'elle réussit à s'étaler lamentablement sur le sol dur et froid. Elle avait trébuché sur... Rien ? Sur ses propres pieds ? Elle n'avait même pas l'excuse de s'être cogné la cheville sur un pavé mal encastré, non, elle était juste incroyablement maladroite.

Un soupir, et la voilà qui se relève, blasée d'elle-même. Si elle n'était pas d'une humeur aussi déprimée, elle en aurait sans doute rit. Mais pas là. Elle était juste restée agenouillée, frottant son genou qui s'était cogné au sol. Pas une égratignure. Rien. Pas la moindre trace de sa chute. Ce n'était pas normal... Elle n'était pas normale. N'importe qui aurait eu au minimum une petite griffure... Pas elle. Sa peau était trop souple.. Quelqu'un de son espèce ne devrait même pas exister. Elle ne savait même pas pourquoi elle existait. Elle avait bien finit par comprendre qu'elle était une chimère, mais... Cette race est née d'expériences scientifiques, non ? Alors elle, comment était-elle née ? Pas d'expériences, elle n'en avait aucun souvenir. Comment sa "génération" avait-elle était créée ? C'était horrible de ne pas savoir qui on était, d'où on venait... Continuant de frotter désespérement son genou, comme pour soulager une blessure invisible, elle réussit seulement à décrocher une écaille qui tomba doucement au sol. Tiens... C'était étrange. Ses écailles étaient habituellement mieux maintenues que cela, au point que l'on pouvait à peine les distinguer les unes des autres et qu'elle paraissait avoir une peau "normale". Elle avait du prendre un coup sur le terrain qui avait endommagé la zone.

Le champ de bataille... L'explication était logique, dans sa tête. Et pourtant... Pourtant, elle ne se souvenait de rien. Evidemment. C'était Ekaterina, le chevalier. Pas elle. Elle, elle n'était... C'est à Ekaterina qu'aurait du appartenir ce corps. La jeune chimère se releva, se mordant les lèvres jusqu'au sang pour ne pas pleurer. Elle devait être un tel fardeau pour Ekaterina. Pourquoi était-elle aussi maladroite, aussi faible, aussi incapable ? Aussi inutile ? Ekaterina était peut-être trop gentille pour le dire, mais elle le savait, elle, qu'elle n'était qu'un poids ! Eh oui, Cindelle n'était pas juste cette petite fille naive, souriante, et un peu trop joyeuse, elle avait aussi ses chimères -sans jeu de mot par rapport à sa race- pour la hanter. Sans prévenir, la jeune fille se mit à courir précipitamment vers l'église où elle se rendait, afin de se concentrer sur autre chose que ses sombres pensées. Ce fut un miracle si elle arriva sans encombres.

Essoufflée, elle se stoppa devant le bâtiment, une main sur le coeur. Une fois son souffle repris, elle poussa délicatement la porte, se faufilant à l'intérieur. L'atmosphère silencieuse et apaisante qu'avaient les lieux de culte avait le don de la calmer. Elle avait l'impression que Shun était avec elle, pour l'accompagner dans ses problèmes. Mais est-ce que même dans toute sa bonté, Shun veillerait vraiment sur une personne aussi faible et sans valeur qu'elle... ? Ignorant ses doutes, elle se libéra de ses armes comme à son habitude, les déposant à l'entrée. Elle alla même jusqu'à décrocher une des seringues qu'elle portait sur elle et qui contenait l'antidote à son propre poison, en cas d'accident. Mais ce fut sa chère deuxième conscience qui la rappela à l'ordre.

Cindelle, écoute-moi un peu ! Remets ça tout de suite, pas question de s'en séparer ! On sait jamais. Déjà que c'est pas prudent d'abandonner toutes tes armes, espèce d'inconsciente. Et arrête de m'ignorer, merde !
Oh, Kat... Tu me parlais... ?


Elle n'avait même pas réagit au gros mot lâché par cette dernière, qui devait très certainement être inquiète de son état du jour. Elle raccrocha donc la seringue à sa place, oubliant à nouveau totalement Ekaterina. Elle ne l'entendait même pas, alors qu'elle était la seule à pouvoir le faire. Pauvre conscience oubliée. Elle balaye le lieu du regard et son attention s'attarde très vite sur ce prêtre qu'elle connaît depuis assez longtemps, maintenant, et auquel elle s'est attachée. Pas très difficile de gagner la confiance de la demoiselle, mais disons qu'elle tient particulièrement à Pray. Elle s'approcha de lui, affichant un léger sourire, espérant qu'il remarque sa présence, sans pourtant avoir le coeur de se précipiter vers lui avec un immense sourire sur son visage, comme elle le faisait d'habitude.

- Monsieur le Prêtre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 28
Date d'inscription : 28/08/2017
Inventaire : Vide

Pray Mido

MessageSujet: Re: Il y a des cicatrices physiques cachées par les vêtements et d'autres émotionnelles camouflées d'un sourire [PV Pray] Mer 26 Déc - 15:47
Confesser pour mieux guérir
Cindelle Nyriam
Pray Mido
Chacun avait des peurs ou ses problèmes. Chez certains, c’était les araignées. Pour d’autres, les monstres qui se cachaient sous le lit. Et pour les uns, la solitude ou l’abandon de l’être aimée. C’était des peurs aussi variées que fréquentes et récurrentes. Mais chaque peur était différente selon l’individu. Chaque souci variait selon la pensée des uns ou autres. On était tous différents et cela était aussi les cases pour nos peurs les plus profonds ou nos chimères. 
Pray le savait et le voyait bien en tant que membre de l’Eglise, il devait faire régulièrement ce que les gens nommaient des confessions. Parfois, il s’agissait de simples pêchés. Parfois, il s’agissait de peurs. Parfois, il s’agissait d’espérance. Son travail était de leur dire ce que Shun penserait de cela ou alors de les rassurer, surtout de les rassurer. 

Il était guérisseur et panseur de plaie grâce à ses mots. Il s’occupait de chaque personne venant dans son église dans le but de voir ses blessures guéries. Est-ce que cela le dérangeait ? Non, aucunement. Il faisait ça depuis près de 400 ans et jamais il n’en avait été fatigué. Il appréciait de pouvoir permettre aux gens d’aller mieux. Il aimait pouvoir aider les gens. Et même si lui, il n’avait personne pour l’aider... Du moment que les autres étaient heureux, il l’était. Cette manière de pensée était simple comme bonjour et même si on pouvait la trouver idiote, c’était sa manière de penser. Et puis, il n’y avait plus personne pour lui faire la morale sur ses croyances ou sur sa gentillesse. Ni même un regard remplit de jugement en le voyant à la messe et autres. Ou une tapote sur l’épaule pour l’encourager et venir l’aider. À chacun ses peurs et sa souffrance, à chacun ses chimères. De toute manière, il suffisait de s’occuper l’esprit un instant et celle-ci disparaissait comme un fantôme ou une plume volant et disparaissant. 

Mais même si le prêtre en avait qui ne se révélait que dans ses rêves ou quand il n’y avait que ses pas pour briser le silence solennel de l’église, il se pansait seul du mieux qu’il pouvait. On pouvait le trouver courageux, on pouvait le trouver brave, on pouvait le trouver idiot, on pouvait le trouver fort, mais il n’était qu’un simple être vivant faible. Mais c’était sans doute de cette faiblesse que l’ange réussissait si bien à rassurer ou à se rapprocher de la foule et des autres. C’était sans doute grâce à cela qu’il réussissait à prêcher avant autant de ferveur Shun.

Pour lui, la déesse était un espoir. Elle était une promesse de lendemains et d’une aube nouvelle. On disait et on l’affirmait raciste. Mais pour Pray, elle ne l’était pas et acceptait chacun des êtres vivants en son sein. Impur, pur ou neutre, la place qu’ils occuperont sera toujours la même en haut avec elle. Chacun était égal. Et c’est en cela qu’elle était pour lui la lumière au bout de la nuit. Le soleil était un symbole d’espoir. Or, même le plus impur des impurs baigné sous la lumière de cet astre. Alors, cela ne voulait-il pas dire qu’il était comme à chacun légitime à espérer avec la déesse ? C’était ce qu’il pensait.

Et c’est sans doute pour ça qu’il n’avait que peu de difficulté à se lier avec d’autres espèces. Il s’était ainsi fait des amis proches et auquel il tenait. Pour cela, on pouvait citer sans problème Tyel, un cardinal respirant la corruption mais qui était son ami malgré tout. Ou bien Cindelle, une jeune chimère très croyante. Passer du temps avec ces deux-là était sans doute pour lui une occupation très agréable. Même si les deux ne pouvaient pas venir très régulièrement non plus à cause de leurs emplois du temps. 

En tout cas, c’était un plaisir pour lui d’attendre leurs visites. Même si aujourd’hui, il n’attendait aucun des deux en particulier. Il se contentait de marcher dans son église en direction d’un banc, étant à une heure creuse, il avait défait un bouton de sa tenue pour respirer un peu et pour se relaxer avant l’office du soir. Il fermait les yeux en liant ses mains, restant assis sur ce banc baigné par la lumière du petit vitrail. Pour lui, ce moment était un moment de recueillement. Il devait encore une fois, prier pour la paix des âmes de ce monde ou alors pour lui…

Cela pouvait sembler égoïste mais Pray priait parfois pour lui… Pour cet espoir qu’il avait de revoir Hope, pour cette joie de pouvoir vivre une vie sans problème, pour l’assurance que sa pureté reste à jamais. Or, quand il priait pour lui, il n’entendait plus rien. Il n’y avait plus que lui et le monde qui l’entourait disparaissait. Il se recueillait et se perdait dans ses pensées. Il n’y avait plus que lui seul. Raison pour laquelle, il n’entendait pas les bruits de pas qui se dirigeaient vers lui progressivement. Il était bien trop concentré sur sa prière. Mais cela n’empêcha pas une voix fluette et aiguë comme douce de le réveiller. Il ouvrit les yeux et se tourna vers Cindelle, il vit très vite qu’elle allait mal et qu’une chose clochait. Alors, il lui donna un sourire des plus rassurants et réconfortant avant de se relever.
« -Bonjour Cindelle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier
Chevalier

Messages : 49
Date d'inscription : 08/04/2018
Inventaire : - Lanterne

Cindelle Nyriam

MessageSujet: Re: Il y a des cicatrices physiques cachées par les vêtements et d'autres émotionnelles camouflées d'un sourire [PV Pray] Mer 26 Déc - 19:23
Oh, il était en train de prier ? Peut-être l'avait-elle dérangé... Elle ne faisait que ça, après tout... Elle aurait dû y penser avant d'aller bêtement l'interrompre sans même réfléchir, dans son envie égoïste de chercher du réconfort auprès de Pray. Pourtant, alors qu'il se tournait vers elle et lui offrait un sourire aussi rassurant et plein de gentillesse... Cela lui mettait du baume au coeur et lui ferait presque penser qu'elle n'avait pas eu tort finalement. Presque parce que Cindelle ne cessait jamais totalement de se remettre en question, même quand elle allait bien alors quand elle déprimait...

- Bonjour Cindelle.

Une salutation des plus simples et pourtant... Elle se sentait à sa place. Il n'avait encore rien demandé, rien fait de particulier, il lui avait juste dit bonjour. Suivi de son prénom. A cet instant, elle se sentait particulière. Elle était Cindelle. Juste Cindelle. Pas la chevalière à double personnalité. Pas cette idiote incapable de faire quoi que ce soit sans tout rater. Simplement Cindelle. Elle se mordit les lèvres, penchant un peu la tête, tentant d'adresser un sourire maladroit au prêtre. Mais malheureusement pour elle qui voulait cacher sa peine pour inquiéter personne et car elle se trouvait égoïste, elle faisait partie de ceux incapables de mentir. Enfin... Elle savait sourire en toute circonstance et sa jovialité la faisait souvent ignorer ses peines et inquiétudes, mais aujourd'hui... Aujourd'hui, non. Il ne s'était rien passé de particulier mais l'accumulation des choses avait fait que...

- Bonjour... Pray, répondit-elle, ce qui faisait quand même plus personnel que "Monsieur le prêtre". J-je... Je ne te dérange pas, j'espère... ?

La chimère triturait nerveusement les pans de sa robe, ne sachant pas quoi dire. Habituellement, elle aurait très facilement su faire la conversation avec Pray qu'elle appréciait beaucoup. Mais pas cette fois. Elle était partagée entre cette envie de pleurer et lui confier tous ces soucis et cette manie qu'elle avait de tout vouloir renfermer en elle. Prétextant à elle-même qu'elle se plaignait pour rien, qu'elle n'était qu'une incapable, que beaucoup vivaient bien pires que les petits problèmes du quotidien qu'elle avait alors qu'elle n'avait pas à se plaindre. Alors que dire ? "Il fait beau aujourd'hui" ? Même si tous les deux étaient du style à se réjouir sur de telles banalités, ça aurait paru bien plat dans cette situation.

- Je... Comment ça va... ?s'enquit-elle doucement, hésitant à poser la véritable question qui lui brûlait les lèvres, se demandant si elle était vraiment en droit d'imposer ses problèmes à Pray et de lui faire subir ses plaintes. Mais elle la jeune chimère ne put tenir bien longtemps, pas du tout même et elle finit par ajouter : Est-ce qu'on peut... aller dans une de ces... boîtes noires... ? Dont j'ai oublié le nom... T-tu m'avais dit que c'était pour parler...

Cindelle lisait beaucoup, en principe, contrairement à ce qu'il paraissait, mais il y avait des mots, comme ça, qui ne lui revenaient pas. Et celui de "confessionnal" en faisait partie. Car c'était bien de cela qu'elle parlait. Ces derniers étaient pourtant fait pour que le prêtre ne sache pas qui faisait sa confidence, donc l'intérêt était quelque peu perdu pour eux deux mais c'était la façon un peu maladroite qu'avait trouvé Cindelle pour aborder le sujet. A l'origine, elle était plus venue confier sa peine à Shun, même si elle avait honte d'embêter la déesse avec ses tracas, mais parfois, il valait mieux se confier à une personne en chaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Il y a des cicatrices physiques cachées par les vêtements et d'autres émotionnelles camouflées d'un sourire [PV Pray]
Revenir en haut Aller en bas
Il y a des cicatrices physiques cachées par les vêtements et d'autres émotionnelles camouflées d'un sourire [PV Pray]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Interview : Les descriptions physiques des personnages #
» Image Cachée .25
» Du sel sur les cicatrices : Négociations autour d'une tête. [Terminé]
» talent caché des pokemon et les hordes
» [Recherche] Arcko avec talent caché

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
City of lies RPG ::  :: Les plaines :: Ayame-
Sauter vers: