Partagez|

Pray and Shun gives you the wing of the freedom || Pray Mido

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Admin
Admin

Messages : 8
Date d'inscription : 28/08/2017

avatar

MessageSujet: Pray and Shun gives you the wing of the freedom || Pray Mido Mer 20 Sep - 18:46
Pray Mido


Cela fait bien 20 ans que tu es devenu prêtre. Tu es le simple père de la paroisse la plus paumé de ce monde. Après tout, tu n'as jamais monté les échelons. Tu fais partie de ces hommes d'Eglises dont le but est d'élever des enfants pour qu'ils soient membres de la Grande armée du roi. Mais toi, tu as décidé de changer cela et d'essayer de leur faire prendre conscience du mensonge. Résultat, tu es dans un trou paumé maintenant et dans le collimateur de nombreux membres du clergé. Cependant, tu continues de célébrer la messe. C'est pas mal.

Age : 522 ansRace: Ange déchuOrientation: Pansexuel
Métier: PrêtreGroupe: NoblesseSource: Uguisumaru de Touken Ranbu

Tu n’es clairement pas le plus élégant et beau des anges. Tu te juges simple même si ton esthétique rappelant l’été font de toi un homme dit beau.  

Commençons par ta taille et ta corpulence. Tu es assez grand, environ un mètre 85 si tu ne sors pas tes ailes, mais ne trichons pas avec elles. Après tout, tu es minces et cela donne l'illusion que tu es plus haut que la réalité. De plus, ta silhouette en plus d'être fine est assez élancée et droite, peu étonnant pour un prêtre. Et remarquons ta peau pâle et d'un blanc nacré brillant au soleil de l'été ou plutôt, cramant. Mais pour ceux qui pourront te voir nu... ils verront une longue brûlure sur ton dos allant de ton épaule à ton omoplate.

Mais concentrons-nous sur ce qui est vraiment intéressant. Ton visage, fin mais masculin, dont la forme en v n'est pas sans rappeler que tu es un des êtres célestes. Et cette bouche d'un rose pâle fine s'alliant avec ton nez en trompette, ton petit nez zone bien sensible de ton corps. Pas touchez hein ?

Cependant, peu importe guère ton nez ou ta bouche à l'inverse de tes yeux. Ce beau regard que tu as toujours. Brillant de ta malice avec les enfants, étincelant de curiosité dans les bibliothèques, dansant de gentillesse face à tous. La porte de ton âme, l'ouverture sur ton jardin intérieur. Ils sont d'une belle couleur semblable au thé vert autrement dit, ils sont…verts. Ta paupière est fine, légèrement en amande, mais aussi doucement allongé au bout donnant cette impression de sérénité et de protection contente à ceux que tu connais et qui te côtoie. Surmonté de fins sourcils aussi verts, tu es clairement digne de ta passion pour les promenades en forêt.

Passons maintenant à ta tignasse particulière. Elle est tout aussi verte que tes yeux ou que tes sourcils, mais tu préfères cela. Pour ce qui est de la coupe, tu n'es pas du genre à te coiffer tous les matins avec une parcimonie digne de ce nom vu que tu as la chance de les avoir dociles. Sauf cette mèche qui de toute manière est impossible à coiffer. Elle cache ton oeil droit et à cette forme d'aile d'oiseau prêt à s'envoler. Pour le reste, ils sont coupés cours en partant par moments un peu dans tous les sens vers le bas. Mais tu aimes ta coupe. Surtout cette mèche.

Il y a un membre que tu tiens caché à la vue de tous. Mais quand tu les sors ce n'est pas un blanc lumineux et magnifique qui est la teinte de tes ailes, mais un noir sale. Ton auréole n'est plus. Tu as obéi au nom de ton église et de celle qu'ils appellent Shun, tu es désormais sale. Les ailes noires du déchu sont ta réalité.

Et pour finir la seconde chose la plus importante, comment t'habilles-tu ? Non parce que tu n'es pas nu. Pas du tout. Tu portes souvent ta tenue de prêtre, c'est-à-dire une tunique avec les symboles de Shun cousus sur celle-ci. Même si ça, c'est l'officiel. Sinon, quand tu sors, tu es un habitué des simples chemises blanches ou noires avec un pantalon noir t'autorisant parfois l'excentricité d'une chemise rouge mettant en valeur ton teint. Le tout avec des chaussures noires. Et souvent, on peut voir des lunettes rondes recouvrir ton visage afin que tu puisses tranquillement lire sans abîmer plus tes yeux.

Comment te décrirais-tu ? On peut dire que c'est une tâche compliquée pour ta personne. Après tout, tu n'es qu'un simple prête parmi des dizaines de milliers. Tu n'es qu'un homme parmi les autres… Cependant, tu reconnais qu'il y a cette chose que l'on nomme personnalité qui existe en toi et en tous les enfants de Shun. Cependant, pour cette fois, tu passeras à côté de ta légendaire et incroyable modestie pour parler de toi.

Mais débutons par le commencement, ton principal trait de caractère est ta douceur. En effet, tu es très doux et gentil et ceux quels que soient les individus devant toi. On pourrait te comparer à un oiseau flottant et dansant sur les airs avec cette douceur. Tes mouvements, tes paroles avec ta voix douce et légère. Honnêtement, ta marche droite mais délicate montre bien l'homme que tu es. Cet homme doux.

Seulement on disait que tu étais gentil et c'est le cas. Tu l'es d'ailleurs sans doute un peu trop. Ton seul but est d'aider ton prochain en permettant aux uns et aux autres d'être égaux sous la lumière de Shun. Peu importe qu'ils soient enfants de Yue ou de Shun. Tu donnes à tous sans rien garder pour toi. Tu acceptes de faire chaque tâche même la plus sale si cela rentre dans tes principes. Mais…Finalement, tes principes ne sont-ils pas impurs aux yeux de ceux qui décident ?

Bref ! Tu es un curieux, un vrai. Sans doute un peu trop pour ta protection. Car si tu possèdes la bonne partie de la curiosité, la mauvaise aussi est rentrée en toi à ton plus jeune âge. Te souillant d'un péché et t'obligeant à faire ce crime impardonnable que tu as commis. Mais développons-les. La bonne connaissance te rend avide de savoir. Tu cherches à en connaître plus sur ce magnifique monde que Shun a créé. La mauvaise te donne envie d'espionner et de connaître plus la véritable apparence des gens… Dans ton cas, la curiosité est ton pire défaut.

À part cela, comme beaucoup doivent le deviner, tu es assez poli. Le respect de l’individu ou des animaux est une valeur et tout cela passe d’abord par cette politesse naturelle chez toi. Oui, ta politesse découle de ton respect faisant de toi, un homme aidant chacun peu importe son origine.

Cependant, on peut se jouer bien souvent de toi car tu es bien trop naïf à voir le bien partout, vivant sur ton petit cocon bisounours et respirant cette innocence de l’enfant découvrant le monde. Une proie parfaite pour ceux souhaitant abuser de toi et de ta personne ou bien de ta gentillesse. Cela t’a déjà tant blessé…

Cependant, on peut se jouer bien souvent de toi car tu es bien trop naïf à voir le bien partout, vivant sur ton petit cocon bisounours et respirant cette innocence de l’enfant découvrant le monde. Une proie parfaite pour ceux souhaitant abuser de toi et de ta personne ou bien de ta gentillesse. Cela t’a déjà tant blessé…

Plus que cela, tu es une personne qui protège. Tel l’oiseau qui couve ses oeufs dans son nid, tu veuilles sur tous. Tu n’es pas fort mais ta protection est mentale. Tu réconfortes en prononçant des mots doux. Tu n’hésites pas à prendre des coups pour protéger. Tu es l’ami protecteur.

Une chose se distingue de tous ces adjectifs néanmoins, c’est ta droiture. Tu as une idéologie et des valeurs. Tu les portes avec fierté. Tu ne t’en échappes pas. Tu ne t’en détournes pas. Tu suis le chemin que la déesse t’a tracé. Tu les sauveras ces enfants ! Tu les aideras ! Même si tu devais en mourir dans le processus !

Mais prêtre signifie aussi que tu es pieux. Tu respectes les principes de l’église et fait tout pour ne pas t’en éloigner même si tu te permets font quelques écarts… Cependant tu restes profondément croyant et tu sais que Shun nous aime tous et n’est qu’amour ! Après tout, tu es extrêmement croyant. Jamais, tu ne te mettras à penser qu’elle n’existe pas. Après tout ! Tu le sais ! Elle est là ! Elle sauvera ce monde de vice ! Tu en es persuadé ! Et tout cela forme ta face religieuse. Oui, autant le dire que tu es très religieux.

Tu es aussi une personne incroyablement modeste. Si on te félicite, tu te contentes de rougir et de murmurer dans ta barbe que non, bien au contraire. Et parfois même, tu te caches les yeux à tel point ta gêne est immense.  

Ta bibliothèque est ton trésor, en effet, tu es un intellectuel. Tu aimes penser et réfléchir ou passer des heures dans ta bibliothèque avec les oiseaux qui peuplent ta chambre et ton église. Oui, ces petites boules vertes toutes mignonnes dont tu t’occupes avec une extrême douceur.

Enfin, précisons que tu es tolérant. Tu n’as que faire de la pureté ou de l’impureté. Tout le monde est égaux devant les yeux de la déesse Shun. Même les enfants de Yue alors tu les accepteras même si pour cela, tes ailes ne deviendront que plus noires. De toute manière, tu as été corrompu par le vice de ce monde.

Tu es aussi horriblement rêveur. Tu tombes à la moindre rêverie. Faut dire que tu passes ton temps à regarder le ciel avec passion et joie.

Sinon, niveau hobby, tu aimes élever des oiseaux et lire en buvant du thé, ce sont là tes seuls intérêts.

Aaah. Tu t’en souvenais comme si cela faisait juste un an. De cette cité dans les airs, de ces anges, ta cité d’enfance. Tu n’as pas beaucoup de souvenir de ta mère mais tu te souviens de ton père. Mais commençons par un commencement bien simple.

Tu étais né dans une famille tout-À-fait normale. Ta mère n’était que très peu présente préférant cultiver son innocence et sa pureté dans sa bibliothèque sans oublier sa sainte horreur de l’extérieur. C’est sans doute pour cela que tu la voyais peu trop peu. Mais au moins, tu avais ton père. Il était assez pieux mais aussi très ouvert. Connu pour être un marginal qui se moquait d’impur ou pur allant jusqu'à côtoyer des vampires…Tu le trouvais incroyable cet homme.
Mais il l’était. C’est lui qui t’a élevé. Tu te souvenais de ces moments sur ces épaules en allant au marché dans cette belle cité dont l’accès t’es désormais refusé. Tu te souvenais de ces moments de joie perdus. L’odeur du marché, celle des fruits frais, celles du poisson le vendredi, tous ces effluves ! C’était un petit paradis, cette cité si parfaite.

Toi, tu aimais ce lieu aussi pour ces oiseaux. Tu as grandi près d’une voilière. C’est sans doute pour ça que les oiseaux sont toujours encore une de tes sources passions les plus tenaces malgré les âges et les années.

Ton enfance était simple et calme. Il n’y avait pas de remous comme maintenant, tu étais parmi les plus purs dans cette cité au plus haut des cieux. Tu grandis en prenant soin de ta pureté. Au fur et à mesure que tu voyais ta mère dans sa chambre et que les années passaient tu comprenais que la pureté était un trésor. Tu devais la chérir, c’est la seule phrase qu’elle te disait : « chérie ta pureté ». Ce conseil, tu ne l’oublias pas… Mais 500 ans passent

Ton père t’enseigna tout ce qu’il fallait savoir. Tout ce qui était plus ou moins important allant de la lecture à l’amour de l’autre en passant par le pacifisme. Tout pour conserver ta pureté, petit ange curieux qui courait dans les rayons des bibliothèques cherchant à en savoir toujours plus sur tout. Évidemment, ton père te parla de Shun et de la religion te léguant son amour. Tu l’aimais cette religion, tu l’aimes toujours. Tout ton être l’aimait.

Une famille assez basique en somme pour un prêtre. Honnêtement, tu as aimé et chéri ta famille de tous ton coeur. Pendant 498 ans, tu les as aimé. Tu avais une vie faite. Tu avais des vues sur une jeune fille, ange évidemment. Sauf que la guerre se déclara. Une guerre d’intolérance et de haine. C’est là que ton histoire commença réellement. C’est là que tu t’avanças vers une déchéance sûre. C’est là que tout changea pour toi.

On parla de guerre. Toi, cela t’était complètement inconnu comme situation. Tu avais vu des disputes mais pas ici, pas dans ta cité. Ce lieu était pur et à l’abri de tout cela. Mais rapidement, tes oreilles te firent entendre la vérité. Cette guerre n’était pas idéologique comme celle dont tu avais entendue parler mais c’était un nettoyage. Tu détestais ça. Tu détestais cette raison. Tu détestais la guerre. Et même la bouche de cette femme que tu aimais fut infesté par ce parasite immonde qu’on appelle la haine et la peur de l’autre. Tu as essayé de convaincre cette jeune fille qu’il n’y avait pas à avoir peur mais ni elle ni les autres ne t’écoutaient. Tu étais seul. Ta mère hurlait dès qu’elle entendait des bruits hurlant que c’était l’impureté qui venait les prendre. Tu essayas de la raisonner et de lui dire que ce n’était rien… Mais tes paroles étaient vaines, tout était vain. La haine et la peur avaient pris le contrôle de la cité. La pureté disparaissait pour laisser place au noir. On avait peur d’être déchu à son tour. Toi aussi, tu avais peur. Terriblement peur. Horriblement peur… Tu voulais garder ton innocence. La préserver. Le pire fut à la fin de la guerre. Les anges tremblaient. Toi aussi… La pureté. Protéger sa pureté. Mais le roi vous sauva.

Bien sûr, il y eut des protestations mais toi, tu n’en avais que peu d’intérêt. Tu avais un autre but. Cette guerre avait laissé des enfants sans parent, des orphelins. Tu as su qu’ils avaient été recruté par l’Église. Tu décidas donc de rentrer dans les ordres afin d’aider ces jeunes à retrouver une « famille ». Peut-être t’a-t-on dit ce que tu encourais mais tu n’as pas écouté. Ou alors, tu ne savais pas. Le crime que tu allais commettre vis-à-vis de la déesse. Cette horreur…

L’orphelinat sous ta tutelle se trouvait à Ayame. Vous étiez quelques prêtes à vous en occuper. Les enfants étaient si gentil, si adorables. Tu les aimais beaucoup. Ils avaient tous perdu mais vous pouviez leur redonner. Évidemment, tu faisais l’apologie de ton roi et de la noblesse. Disant que Shun était celle qui veillait sur tous et qui les avait choisis pour être son égal sur terre même s’il fallait respecter tout le monde.

Pour lui, toi, il s’agissait d’une grande famille. Vous les prêtez étaient les parents et eux, vos enfants. Mais un jour vint où tu la vis s’agrandir. C’était une nuit, un petit cri résonna dehors alors que tu lisais un traité sur Shun et l’amour du prochain. Évidemment plein de bon sens, tu sortis voir ce qu’il y avait et là, tu vis ce petit bébé. Un enfant d’à peine un mois seul. Un sourire éclaira ton visage. Une âme innocence venant trouver refuge chez vous. Un nouveau membre pour la famille.

Tu eus rapidement la responsabilité de ce petit que tu nommas Aiden. Il était adorable. Tu l’aimas rapidement comme s’il était ton propre fils. Sans oublier les enfants de l’orphelinat bien évidemment mais ce petit fragile, tu l’appréciais plus. Tu l’avais vu devant cette porte à sa naissance. C’est sans doute pour ça que tu fus lié à lui par ce lien.

Ce petit dragon fut ton petit protégé. Tu l’as toujours protégé. Même après ce jour… Ce jour où ton corps fut marqué par cette horrible cicatrice. Il faut dire que tout s’était bien passé entre vous pendant 10 ans mais pour une petite bêtise, tu le réprimandes doucement quand il se changea en dragon… Tu fus surpris et essayas de le calmer. Mais il était incontrôlable, il ne s’était jamais transformé… Il te cracha du feu sur l’épaule alors que les autres enfants fuyaient et pleuraient. Toi, tu te relevas même si des larmes coulaient de tes yeux émeraude et vinrent le prendre dans tes bras, doucement et calmement en souriant murmurant « je suis désolé. »

Par la suite, tu viellas que plus sur cet enfant mais depuis sans doute ses 12e années, tu te posais des questions. Qui servais-tu en réalité ? La déesse ? Ou bien les hommes ? Ces richesses étaient-elles à la déesse ou les hommes ? Ces enfants allaient-ils servir la déesse ou quelqu’un d’autre... Cela faisait bien 12 ans que tu n’avais pas eu l’occasion de sortir tes ailes…Et si… Non, tu ne devais pas y penser et Aiden avait besoin de toi pour l’instant... Mais plus le temps avançait plus la peur te reprenait. Tu savais que quelques choses clochaient... Tu savais que vous vous étiez éloigné de la voie… Tu devais en parler à la chef de ton ordre... Mais d’abord, tu devais tenter de discrètement empêcher Aiden de devenir un chevalier. Il fallait. Mais tu ne savais pas quoi faire et finalement, tu ne pus rien faire.

« Je reviendrai te voir papa et je t’épouserai ! »

Il ne fallait pas que tu pleures… Il ne fallait surtout pas... Tu n’avais pas réussi… Il allait rejoindre les rangs des autres enfants que toi et les autres avaient endoctrinés. Tu le regardas partir murmurant des pardons et des pardons… C’est là que tu décidas d’agir pour de bon, tu devais sauver les enfants ! Il fallait que tu les aides ! Tu commenças à tenter de faire le chemin inverse mais même pas quelques mois plus tard, tu fus envoyé dans ce qu’on nommait littéralement un coin perdu. Tu n’avais plus rien. Ni les enfants que tu avais aimé pendant 15 ans ni même ta pureté… Vous ne voulez savoir comment tu as su ?

Tu t’étais douté des mensonges que tu avais formulé... Or, le mensonge est un péché… Tu sortis tes ailes dans ton bureau et des plumes noirs sortir alors que tes larmes coulaient donnant un spectacle dont la beauté n’avait nulle pareil mais dont le pathétique était burlesque et comique... Tu ne voulais faire que le bien et la société t’avait corrompu... Tu pleurais, détruit… Tu avais causé ta propre perte perdant la pureté de l’enfant qu'avait été, perdant la pureté dont tu étais si fier… C’est quelques jours plus tard qu’on te muta.

Maintenant, tu vis dans cette petite ville de Dagora. Tu es le prêtre d’une des paroisses, un illuminé croyant à la rédemption et non aux nobles. Un lecteur avide faisant la messe avec juste deux ou trois individus dans ta paroisse. Un rêveur rendu impur par le vice de la société. Tu es Pray Mido, un ange déchu… Pardon Aiden, finalement, nous ne pourrons nous marier.

Pseudo: Capu
Âge:Eh bien, disons que dans 10 mois, je serai dans le monde des adultes ! 17 ans !
Comment as-tu découvert le forum: C'est moi qui ai fait le design du bébé.
Commentaire: luv luv.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pray and Shun gives you the wing of the freedom || Pray Mido
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» eat pray love, 28.05 - 20:42
» MJVERSAIRE ღ Eat. Pray. Gnutgnut.
» The propaganda machine of the right wing is in full production.
» Shun
» [Jeu de figurines] Star Wars: X Wing de chez FFG/EDGE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
City of lies RPG ::  :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: