Partagez|

[FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Admin
Admin

Messages : 325
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Dim 24 Sep - 18:29
Une silhouette droite se dessinait dans ce paysage d'hiver. Depuis qu'Auréliane s'était relevée de l'assassinat de sa famille et avait décidé de plonger dans un monde de vengeance, elle avait cette démarche, droite, déterminée et sans failles. Pourtant... Elle avait l'air... si peu vivante. Elle était décidée à accomplir son but, à ne jamais faillir, mais elle avait un regard vide. Celui de celle qui a tout perdu et a oublié le goût du bonheur. C'était assez pathétique de laisser le désespoir la happer ainsi alors qu'elle avait pourtant décidé de ne plus abandonner et de ne pas mourir. Mais elle n'arrivait tout simplement pas à sourire face aux aléas de la vie. Ces flocons si fins qui s'entassaient en d'épaisses couches de neige n'arrivaient pas à la faire sourire. Pourtant, fut une époque où une joie épanouie ce serait emparée d'elle devant un aussi beau spectacle. Mais là, dans l'état où elle était, c'était juste de la neige. Un phénomène météorologique. Rien de plus, rien de moins.

Néanmoins, malgré ce vide en elle, elle était attentive à tout ce qui l'entourait, aux aguets. Le moindre crissement de pas dans la neige la faisait tendre encore plus l'oreille. Etait-elle parano ? A se demander... Peut-être un peu... Mais que voulez-vous ? Elle s'était enfermée dans un monde qui se résumait au Prisme. Dans un monde de batailles et de combats. Certes, elle ne faisait pas que ça. La preuve, c'était dans les rues d'Ayame qu'elle marchait, là. Elle rentrait chez elle, après un passage à Wisteria. On l'avait appelé il y a peu pour une mission qu'elle avait effectué sans soucis et après un compte-rendu à son supérieur au château, elle devait retourner chez elle.

Elle attendait avec hâte sa prochaine mission. Chaque seconde qui s'écoulait dans son "train-train monotone", elle la passait à attendre ça. La vengeance était la seule raison pour laquelle elle vivait. Et chaque fois qu'elle envisageait de se reposer ne serait-ce qu'un après-midi, l'image des corps calcinés et torturés de sa famille la hantait, lui rappelant qu'elle n'avait pas le temps de faire une pause. Et puis... Si elle pouvait éviter que d'autres histoires comme la sienne se reproduisent... Voilà qui était tant mieux. Elle ferait peut-être une chose de bien dans sa vie. Elle resserra les pans de sa cape, soufflant contre ses mains gélées. Ses gants avaient finis en lambeaux durant cette fameuse mission, il faudrait qu'elle en rachète. Elle tourna son regard vers quelques étalages, mais ne trouva évidemment rien, puisque elle était dans le coin où c'était la nourriture qu'on vendait.

Ce fut un mouvement un peu trop vif qui attira son oeil aguerri. Un vol. Pauvre enfant, derrière son épais manteau de fourrure, elle n'avait aucun mal à imaginer sa maigreur. Cependant, ce n'était pas une raison de laisser passer ça. Hors de question. Certes, il avait bien besoin de cette misérable pomme, et même de plus, mais elle ne pouvait pas laisser un vol se dérouler sous ses yeux. S'il le fallait, elle la lui achèterait, sa pomme, mais elle ne le laisserait pas filer. Elle comprenait bien qu'il n'avait pas d'autres choix pour survivre, mais... Elle ne pouvait pas laisser ça passer. En à peine trois enjambées, elle se retrouva derrière lui et se courbant en avant pour l'atteindre, elle lui saisit le poignet. Elle fit malgré tout attention à ne pas trop lui faire mal, car maigre et décharné comme il l'était, une simple pression autour du poignet devait lui paraître douloureuse. Et il était très faible, sur ça, elle ne doutait pas non plus. Il lui avait été tellement simple de le rattraper, même s'il avait voulu fuir.

- Ne fuis pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
Habitant

Messages : 67
Date d'inscription : 20/09/2017
Inventaire : Vide

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Jeu 28 Sep - 22:24
Retrouvailles Enneigées

Auré'

Un pas tremblant, un autre hésitant. Tu regardes ton corps si frêle et pâle d'un regard vide et sans émotion. Tu soupires et t'échoues sur les pavés humides d'une petite ruelle déserte, épuisé. Attrapant d'une main fébrile le mur, tu suffoques, sentant tes poumons te brûler, se propageant dans tout ton corps gelé. Tu grimaces avant de recracher non sans mal le peu de nourriture que tu avais ingéré la veille, certainement périmée depuis des lustres. Tu essuies ta bouche de tes mains dont le bout des doigts, blancs-violets à cause du froid, te semblent inexistants. Puis, dans un élan de rage et de peur, tu reprends ton éternel chemin pour aller... Où déjà ? Bonne question. Tu ne fais que fuir de toute façon, tu n'as aucun but, ni même le moindre espoir. Survivre, c'est le seul mot te venant à l'esprit. Eviter de crever de faim ou de devenir le jouet de ces salauds, c'est une option importante aussi. Alors malgré ton jeune âge, tu as appris, vitre, bien trop vite, ce qu'était la vie dans ce monde sordide. Et tu erres dans les rues, à la recherche de quoi te nourrir, de quoi te couvrir, bref, de rester vivant.

Un frisson parcourt l'ensemble de ton corps et tu te retournes, affolé. Le vent hivernal me diriez-vous ? Aah, si seulement. Mais non, une ombre, une silhouette te suit depuis un moment et, imbécile que tu es, tu ne l'avais même pas remarqué. A toi d'en payer les conséquences maintenant mon cher Alfin. C'est vrai, un gamin vêtu d'une simple veste et surtout, se promenant seul dans des ruelles peu fréquentées -et surtout fréquentables-, ça se remarque. Alors désormais, que vas-tu faire ? Fuir, comme toujours ? Bonne idée, bien que peu réalisable vu l'état de tes jambes. Alors, voir ce que l'homme prévoit de te faire ? De toute façon, tu n'as pas vraiment le choix, tu ne peux aller nul part...

Le soleil se lève et tu entre-ouvres les yeux, fronçant les sourcils, te redressant un peu. Tu décolles ton dos du mur sur lequel tu t'étais adossé et endormis, puis regarde autour de toi, le regard absent. Et tu te souviens de la veille, de cet homme, de ce parfait inconnu qui avait certainement dû profiter de ton corps si attirant pour ce genre d'obsédé. Étrangement, tu ne te souviens de rien. Seuls tes habits, un peu plus loin et dans un état laborieux, et des marques sur différentes parties de ton corps te ramènent à la réalité. Tu te lève avec dégoût, ayant envie de vomir en voyant ton état et ton dortoir d'une nuit. Tu attrapes ta veste et te faufile à l'intérieur, tout en te souvenant petit à petit. Cet inconnu était arrivé et t'avais attrapé et puis... Plus rien. Il a dû utiliser des substances pas nettes va, t'en fait pas Alfin. Tu t'en souviendras bien un jour ou l'autre. Ou pas. Tu continues à te déplacer lentement, longeant les murs et te cachant à la moindre vue d'une personne.

Tu soupires puis, d'un mouvement lent et peu déterminé, lève les yeux vers le ciel.
Tu le regardes, tes yeux ne semblent refléter aucune expression, mis à part une lourde fatigue et une lassitude t'amenant à réfléchir à ta condition de vie. Faudrait-il mieux retourner chez lui ? Le servir aussi bien le jour que la nuit ? Au moins, tu serais nourris,
logé et tu ne tremblerais pas de froid comme tu le fais maintenant. Alors, que décides-tu mon cher ? La liberté ou les barreaux ? Tu secoues la tête vivement, manquant de trébucher à cause d'un léger vertige. Pff, même pas capable de tenir debout et pourtant tu continues. Quel gamin obstiné. M'enfin, voilà quelque chose d'intéressant. Une famille passe à côté de toi, souriant et semblant respirer la joie de vivre. Tu te pétrifie,
puis continue ton chemin tel un chien abandonné en vérifiant à plusieurs reprises si personne ne te suis. Puis tu entends un brouhaha confus, non loin de toi. Tu regarde les murs, cherchant un quelconque repère. Ah, tu étais à la place du marché. Comment es-tu arrivé là ? Serait-ce les nombreuses odeurs aussi appétissantes qui t'y auraient conduit involontairement ? Certainement. Tu te colle au mur puis passe un bout de tête au coin d'un ruelle. A ta gauche, un stand de vêtements. A ta droite, des fruits, de quoi te redonner des forces. Tu regardes un à un les deux étalages qui te font face. Ton corps congelé crie famine, et, tel un zombie, tu te diriges vers l'odeur des pommes d'à côté, tentant d'ignorer les multiples personnes te frôlant, manquant de te renverser.

- Des pommes... Il m'en faut.. juste... une.

Tes lèvres répètent inlassablement ces mots, comme hypnotisé par ton objectif.
Tes pieds te conduisent machinalement devant un panier remplis de ces fruits juteux et,
d'une main tremblante, te saisit d'un des nombreux aliments. Un sourire béat se dresse sur ton visage creusé par la faim puis, alors que tu jettes un rapide coup d’œil à la marchande qui ne semble pas t'avoir vu, tu t'empresse de cacher ton butin dans l'une de tes poches. Soulagé, tu recules d'un pas mais quelque chose -ou plutôt quelqu'un- t'en empêche. Tu te retourne, affolé, et sens ton poignet être enveloppé d'une main à la fois chaude et ferme. Tu fermes les yeux, entraînant ton corps en arrière pour tenter de te libérer de l'étreinte de ton ravisseur. Ou plutôt ta ravisseuse. Tu hurles de rage, attrapant le bras de la demoiselle avec lequel elle te tenait, puis enfonce tes ongles dans sa peau si fine et pâle. Tu essaies de la griffer, de lui arracher la peau, de la faire souffrir et tes yeux s'illuminent en voyant un liquide rouge couler le long de tes doigts. Mais tu comprends aussitôt que ce n'est pas la jeune femme que tu as coupé mais plutôt tes ongles qui se sont brisés et retournés à cause du froid les ayant rendu aussi fragile qu'une brindille. Tu te retient de crier de nouveau, puis te rend compte que te débattre ne sers à rien, si ce n'est que cela t'a entraîné dans la ruelle où tu te trouvais quelques minutes plus tôt à l'abris des regards.

- Ne fuis pas !

Comme si tu allais l'écouter. Ces paroles te donnaient même plus envie de continuer à te tortiller de partout qu'à rester calme et attendre que le temps passe. Tu tousses, suffoquant à cause de l'effort fournis, puis regarde des pieds tout aussi abîmés que tes mains. Eux aussi s'apprêtaient à se déchirer. Tu préfères donc reprendre un peu ton souffle, toujours sous l'emprise de la demoiselle que tu n'osais pas regarder. Puis, d'une voix cassée et fatiguée, tu réponds :

- L-laisse-moi ! Je ne veux pas, j-je... Tu avales ta salive difficilement, puis lève la tête vers l'inconnue, pétrifiée. J-je vais la rendre si c'est ça m-mais... lâche-moi, je t'en supplie...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 325
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Ven 17 Nov - 19:50
Chose pas très surprenante, l’enfant tenta de se débattre. Mais un enfant des rues comme lui... C’était un réflexe normal qui ne surprenait guère Auréliane. Mais elle ne le laisserait pas partir. Elle n’allait pas non plus le tabasser comme certains de ces crétins qui… Enfin bref. Et qu’allait-elle faire ? Oui pourquoi l’avait-elle rattrapé… ? Au fond, c’était bien beau de dire ‘c’est mal de voler’ mais ce n’était pas comme si cet enfant avait le choix. Il recommencerait dès qu’elle aurait le dos tourné… C’était cruel de sa part de le rattraper pour l’empêcher de faire une mauvaise action et s’en aller juste après. C’était égoïste de sa part mais… Elle ne pouvait pas regarder cet enfant commettre un vol en restant les bras croisés.

- L-laisse-moi ! Je ne veux pas, j-je...

Et c’est alors qu’il leva les yeux. Auréliane en fut tellement surprise qu’elle n’entendit pas ce qu’il raconta d’autre. Ces yeux… Non… Ce n’était pas possible… Comment ? Non. Ne pas se faire d’idées. Garder son calme. Un œil mauve, un œil vert. Ça pouvait être une coïncidence, non ? Non, ça ne pouvait pas. Bien sûr que non. C’était bien trop peu commun. Et l’âge qu’elle estimait pour ce petit garçon correspondait aussi… De même que… ces crocs qu’elle apercevait vaguement quand il parlait. Mais… C’était impossible. Il devait être mort. Comme tout le monde, comme toute sa famille. Elle était l’unique survivante. Cela ne devait être qu’un rêve.

Pourtant tout semblait si… réel. La neige qui tombait délicatement sur son visage. Le froid qui lui mordait la peau. Le vent qui fouettait son visage et remuait ses cheveux, ce qui promettait un long démêlage. Et ce regard… Même un rêve n’aurait pas pu le reproduire aussi bien, aussi sauvage et haineux, aussi… vivant. Car oui, malgré son affreuse maigreur, les traces bleus que le froid semblaient laisser sur le froid, et toutes les autres marques des mauvaises conditions de vie, il était vivant et prêt à tout pour le rester. Du moins c’est l’impression qu’il donnait à Auréliane qui était encore sous le choc. Tant qu’elle lâcha son poignet en reculant d’un pas, sa main allant par réflexe caresser et dévoiler l’unique pendentif suspendu à son oreille droite.

Tout ce qui lui restait de sa mère. Et de sa famille en général. C’était la preuve qu’elle était une Rainsworth. Et qu’elle en était fière. Même si elle ne méritait pas… Non, elle ne méritait pas d’avoir fait partie d’une famille aussi formidable qu’elle n’avait même pas pu sauver. Elle était indigne de cette famille… Elle n’avait pas été là quand elle aurait dû l’être. Mais… C’était trop tard maintenant. Elle pouvait faire payer aux nobles, c’était tout ce qui lui restait. Ça ne ramènerait personne mais au moins, elle pouvait s’accrochait à ça. Alors pourquoi… Pourquoi cet enfant se tenait devant elle s’ils étaient tous morts ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
Habitant

Messages : 67
Date d'inscription : 20/09/2017
Inventaire : Vide

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Jeu 28 Déc - 1:34
Retrouvailles Enneigées

Auré'

La demoiselle te dévisage un instant. Tes yeux l'auraient-elle charmée, comme tu en as charmé tant d'autres ? Enfin, "tant", c'est un bien grand mot pour une seule personne. Et cette personne que tu aimais et idolâtrais, et qui semblait tant chérir ce regard vairon, remplis de joie et de bonheur... Que lui avais-tu fait, Alfin ? Ne le cache pas, ne te le cache pas mon grand. Tu lui avais arraché son œil, d'un coup de griffe, et tu t'étais délecté de son sang. Un sang si chaud, si rouge et si doux que tu en rêvais chaque nuit. Eh bien, que t'arrives-il ?
Tu ne dis plus rien, tu ne fais que foudroyer du regard cette demoiselle qui ne semble que vouloir te faire la morale. Oh, je t'ai énervé peut-être ? Tes yeux ont rapidement viré au rouge, comme c'est étonnent de ta part ! Tu deviens de plus en plus faible, gamin, et ton corps ne réclame que ça. Du sang, du sang et encore du sang. Alors va, plonge tes crocs immaculés de blanc dans la fine chair de la jeune femme. Et nourris-toi, survis.

Alors que ton visage se rapproche dangereusement de la main de l'inconnue, tu sens le froid glacé envelopper ton poignet qui s'était pourtant habitué à la douce chaleur de l'étreinte de la demoiselle. Tu te sens basculer en arrière et lâche un gémissement plaintif alors que ton dos rencontre le sol abrupte et froid. Tu mets un moment avant de reprendre totalement tes esprits, confus du geste de l'humaine. Alors que tu essayes de te redresser, tes yeux s'écarquillent de stupeur en voyant un pendentif, étrangement familier, pendre le long de l'oreille de cette fille. Tu restes planté là, à la contempler, ou plutôt à le contempler, et tu plonges instinctivement ta main dans dans le col de ta veste pour y sortir un bijou, similaire à celui de la demoiselle. Tes yeux font l'allé-retour entre ton collier et la boucle d'oreille de ton interlocutrice, un doute s'installant en toi. Tu tentes de faire un quelconque rapprochement, et surtout, tu essaies tant bien que mal de te souvenir d'où te viens cet étrange bien. Alors qu'un violent mal de tête te fait grimacer, tu te souviens que jamais ton paternel ne t'en a parlé. Étrange, vraiment, pourtant tu l'a toujours gardé sur toi et ce, chaque jour, à n'importe quel moment de la journée.

Alors que tu sembles très préoccupé par cette situation, ton instinct te pousse à profiter de cette occasion de confusion chez la demoiselle pour fuir. Tu t'accroches au mur le plus près de toi pour te redresser et commence à faire demi-tour, le souffle haletant, épuisé par l'effort qui, on ne va pas se mentir, était plutôt bref. Tu es faible Alfin, et tu le sais très bien. Tu ne veux juste pas l'admettre, mais c'est ton propre corps qui va t'aider à te faire comprendre ton état. Et ce, tout de suite, car ton élan de courage vient de se briser en mille morceaux en sentant tes jambes s'abattre sur les pavés de la ruelle. Elles ne te soutiennent plus... C'est terminé. Tu ne peux qu'abandonner.

- N-non ! Debout... Debout !

Tu martèles tes jambes tel un acharné et tes yeux reflètent merveilleusement ton état : la pitié. Tu ne peux retenir quelques larmes venant s'écraser sur tes genoux, devenus rouges écarlate à cause du sang de tes doigts. Alors que tu tentes de reprendre ton calme, tu essuies ton visage tout en reniflant, et reste figé, le dos tourné, n'osant pas regardé la demoiselle. Tu n'espères qu'une chose : qu'elle te laisse tranquille.

 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 325
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Sam 30 Déc - 15:42
Auréliane aurait bien voulu aussitôt se précipiter pour l'aider à se relever, mais elle était encore sous le choc. Il en fallait beaucoup pour la surprendre. Elle avait pour réputation de toujours afficher une impassibilité totale. Mais là, c'était impossible. Cet enfant... Ces yeux. Et c'est quand il se relève enfin et sors, comme par instinct, un pendentif de sous sa veste, qu'elle réalise enfin totalement et qu'elle comprend que ça ne peux être une erreur. C'est lui. Le petit dernier. Auréliane avait eu beaucoup de frère et soeurs, et elle les avait tous aimés autant, que ce soit le dernier avec lequel elle n'avait pourtant même pas eu le temps de jouer dehors car il n'avait que quelques mois avant le drame, ou un autre.

La jeune femme n'avait donc pas eu le temps de voir souvent son petit frère mais... C'était lui, aucun doute n'était plus permis. Car ce pendentif... Tous ses frères et soeurs avaient exactement le même. Alors entre ses yeux et son pendentif, ça ne pouvait plus être personne d'autre. Mais comprenez qu'elle ait du mal à reprendre ses esprits. Il était censé être mort. Elle avait vu sa maison réduite à l'état de cendre et les cadavres de sa famille entière alignés, dévisagés par la torture et à moitié brûlés. Certes, il manquait peut-être celui de ce “petit dernier”, mais elle s'était dit qu'il avait brûlé en même temps que la maison.. Et pourtant...

Le gamin est futé, à n'en pas douter. Plutôt que de se laisser surprendre, il préfère profiter du relâchement de la demoiselle pour fuir. Mais c'est qu'il n'a pas vu, lui... Il n'a pas vu les cadavres. Il ne peux pas comprendre comme c'est bien trop irréel pour Auréliane de le voir comme ça. Pas en bonne santé au vu de sa maigreur et de la crasse qu'il semble transporter, mais vivant. Et Auréliane se demande pourquoi.. Pourquoi a-t-elle du l'arrêter. Elle aurait pu faire comme tous les autres passants et l'ignorait tout bonnement. C'était cruel de sa part d'arrêter un gamin pour vol, alors que c'était le seul moyen qu'il avait de rester en vie. Si elle était supersticieuse, elle aurait pensé que c'était le “destin”. Mais le destin, elle n'y croyait pas. Et s'il existait vraiment, alors elle irait à contre courant de ce dernier, sans respecter ce qu'il avait tracé, préférant décider elle-même de ce qu'elle deviendrait. Mais le résultat était là. Par le plus grand des hasards, elle venait de retrouver son frère. Quel était le pourcentage de chance qu'elle tombe dessus dans une aussi grande ville qu'Ayame ? Très faible. Alors, elle ne devait pas le laisser partir.

Enfin... Pas comme s'il était difficile de le retenir.. Le pauvre s'écrasa au sol, et il n'avait même plus la force de se relever. Dans sa colère, il se blessait encore plus à battre des jambes pour se redresser, et aussi sans doute poussé par sa rage. Auréliane s'approcha doucement de l'enfant, s'agenouillant sans chercher le contact, ne voulant surtout pas l'effrayer.

- Je ne te veux aucun mal, promis... Calmes-toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
Habitant

Messages : 67
Date d'inscription : 20/09/2017
Inventaire : Vide

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Lun 9 Avr - 14:30
Retrouvailles Enneigées

Auré'

Tes larmes brûlent ta peau si frêle et à la fois remplies de marques, prouvant ta force et ton courage face à la vie. Tu trembles, tu as peur... Non, tu crèves de peur Alfin, tu n'oses même pas imaginer ce que la demoiselle pourrait faire de toi et, malgré ce pendentif qui semble étroitement vous lier, tu ne lui fais aucunement confiance, au contraire. Pour toi, ce n'est qu'une simple inconnue, quelqu'un d’inexistant. Tu n'as jamais eu de famille, ou du moins de "vraie famille", tu as toujours été trahis et tu t'es promis de ne plus jamais te lier à qui que ce soit. Vas-tu réussir à tenir ta promesse ? Vas-tu réussir à ignorer ce geste de sympathie ? Ou d'hypocrisie, qui sait. Mais tu es d'une telle naïveté, gamin, que te connaissant, tu risques de t'attacher un peu trop vite à elle, et de finir blessé, voire même tué, tel du bétail.

- Je ne te veux aucun mal, promis... Calmes-toi.


Tes yeux s'écarquillent en sentant enfin la présence de la demoiselle à tes côtés. Tu hurles, tes poumons se déchirent et tes cordes vocales semblent s'enflammer tellement le froid te brûle de l'intérieur. Ton dos rencontre à nouveau le mur, et ta tête vient faire de même. Tu grimaces, les larmes aux yeux, et fixe la demoiselle qui semble éviter tout contact avec toi. Tu sanglotes, mourant de froid, tes joues rougissant de plus belle à cause du vent venant mordre ta fine peau qui ne demande qu'à être soignée et réchauffée. Tu te demandes pourquoi ton fichu instinct t'a poussé à vouloir voler cette pomme qui va certainement te coûter la vie. Mais tu ne veux pas te résigner, non, tu préfères encore mourir de fatigue, de froid ou de faim, mais jamais de la vie tu ne mourras de part ta faiblesse.

Ton regard, plus qu'haineux, se pose sur la demoiselle. Voyons Alfin, elle ne t'a encore rien fait, pourquoi tant de colère d'un coup ? Enfin, tu ne sembles toujours pas vouloir m'écouter, et tes crocs semblent même s'allonger. Cela risque de devenir intéressent, mon cher, mais évite de vider une aussi jolie jeune femme de son sang, cela serait très décevant pour la plupart des hommes de cette ville. Et qui sait ce qu'ils te feront s'ils apprennent que c'est de ta faute, mmh ? Tu fronces les sourcils, les crocs en évidence, prêt à sauter sur la demoiselle au moindre geste suspicieux. Tes jambes, dans un piteux états, continuent de trembler, et voilà que de nouveaux bleus apparaissent. Tu n'y portes aucune attention, trop effrayé à l'idée que l'inconnue profite de ce moment d’inattention. Tu te mets à tousser un peu, ton hurlement ayant certainement abîmer ta gorge qui n'était pas du tout prête à ça. Tes yeux, toujours légèrement rouges, ne lâche pas le visage de la demoiselle, et tu hésites à la menacer pour espérer pouvoir t'enfuir. Ta peur s'étant transformée en une profonde haine, tu foudroies du regard la jeune femme, et prend enfin la parole d'une voix fébrile et tremblante, coupée par les picotements de ta gorge.

- R-rien ne me le prouve a-alors... Tu marques un léger temps de pause et ta main vient instinctivement se poser sur ta gorge. M-mmh... p-partez...

 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 325
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Ven 27 Avr - 16:56
Etait-ce un rêve ? Les secondes, les minutes, passaient. Et pourtant Auréliane ne pouvait se remettre de sa surprise. Elle avait envie de se gifler pour vérifier si elle était bien éveillée. Ou de l'enlacer soudainement sans prévenir, de le serrer contre elle. Ce petit corps misérable... Cet être qui avait du tant souffrir... Elle voulait le protéger. Sa famille détruite... Il en restait un autre vestige qu'elle. Il ne le savait même pas mais... Elle, elle le savait. Et c'était ce qui comptait. Elle sursauta en l'entendant hurler ainsi, la sortant de son émerveillement.

Un pic. Un dard empoisonné semblait s'enfoncer dans son coeur.

La jeune vampire avait bien vu comme il était peureux. Ce n'était pas sa faute. Elle ne lui en voulait pas. C'était un réflexe normal face à une inconnue, une étrangère. Mais c'était douloureux... Tellement douloureux de voir sa propre famille hurler de désespoir ainsi par sa faute. Pourtant, pas une once de douleur sur son visage. Elle n'avait pas cette expression impassible qui lui collait en permanence à la peau et avait un visage étrangement tendre et doux. Et en quelque sorte apaisant. Même si elle savait bien que ce n'était pas avec si peu qu'elle allait le rassurer. Ca limiterait au moins l'ampleur de sa panique... Doucement, avec une lenteur presque exagérée, elle décrocha la cape qui recouvrait ses épaules, ses poils se hérissant aussitôt au contact du froid. Peu importe. Elle pourrait souffrir milles mortes pour cet enfant. Elle venait à peine de le retrouver mais elle était déjà prête à vendre son âme pour le protéger.

- R-rien ne me le prouve a-alors...

Il n'avait pas tort. Mais si elle lui voulait quelque chose... Ce serait déjà fait. Elle fixa son corps tout tremblant, n'osant pas esquisser le geste de lui tendre son vêtements alors que ses lèvres commençaient à bleuir. Elle connaissait bien le froid pourtant. Dormir dans une forêt enneigée en attendant que le carosse de sa prochaine cible s'approche de la route, c'était... Presque banal pour elle. Pourtant cette sensation était toujours aussi désagréable et inconfortable. Néanmoins, alors que son corps entier frissonnait, elle avait l'impression que sa poitrine brûlait de bonheur. Et d'une certaine colère. Qui... A cause de qui était-il dans un état ?! Quel événement atroce avait-il pu le rendre aussi peureux ?! Alors qu'il était si jeune...

- M-mmh... p-partez...

Auréliane se mordit les lèvres. C'était impossible. Jamais. Elle ne pouvait pas abandonner sa famille une seconde fois. Elle secoua la tête.

- Comment je dois te le prouver pour que tu me crois alors... ?s'enquit-elle avec douceur, alors qu'elle avançait lentement son bras vers lui pour qu'il puisse prendre la cape s'il le souhaitait et surtout s'il osait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
Habitant

Messages : 67
Date d'inscription : 20/09/2017
Inventaire : Vide

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Dim 30 Sep - 18:00
Retrouvailles Enneigées

Auré'

Tes yeux fixent avec haine et douleur la demoiselle. Ton esprit semble vouloir fuir à tout prix mais ton corps, trop faible et gelé par le froid, refuse de bouger. Tu regardes tes doigts avec peine. Le sang ayant séché, tu viens délicatement le lécher comme pour te nourrir ou plutôt, éviter de perdre plus de force qu'il ne t'en reste. Le goût amer de cette substance fait hérisser tes poils, et tu soupires, honteux de ton geste. Alfin... Mon cher Alfin, arrête donc de pleurer, tu es encore plus pitoyable que tu ne l'étais il y a quelques instants. Tes larmes te réchauffent mais te font également souffrir. Tu sens ton coeur te serrer en voyant l'expression si douce et apaisante de la demoiselle. Un mauvais souvenir refait surface alors que tu croises ses yeux. Celui de "papa" qui te regardait autrefois de cette même façon. Mais... pourquoi cette femme te semble bien plus différente ? Pourquoi te sens-tu si proche d'elle alors que tu ne l'a jamais vu et que tu ne la connais certainement pas ? Tu pestes intérieurement et te mets à tousser, main sur la gorge. Tu soupires, essayant de calmer ta toux. Tu renifles, te disant que tu dois vraiment faire peine à voir, et baisse instinctivement les yeux. Tu n'en peux plus. Tu crèves de froid, de faim... Tu as besoin d'aide et ce, depuis bien longtemps. Tu n'arrives plus à vivre seul, tu n'es plus aussi fort qu'autrefois... En fait, gamin, tu t'es toujours cru fort. Mais tu ne l'a jamais été. Tu es fier d'avoir crevé l'oeil de ton paternel, fier de t'être enfuis et d'avoir survécu jusqu'ici ? Naïf. Vraiment naïf. Ca me donne tellement envie de rire, Alfin... Tu es si égoïste et pitoyable... Tu ne penses qu'à toi, mon cher... Ne t'es-tu jamais dis que si ton père te faisait subir tout ça, c'est car il en avait besoin ? Que tu n'étais que son objet, et que tu lui devais obéissance ? Oh que si, tu te l'es dis. Tu le savais même très bien, mais tu t'es tout de même enfuis. Horrible.

Une peine immense semble prendre possession de ton corps entier. Tu es totalement déprimé, et tu n'as même plus cette envie de fuir. Tu te résignes totalement, prêt à subir d'autres malheurs si la demoiselle en a l'envie. Tu te dis que si tu es né dans le but de satisfaire les autres, tu ne peux pas faire autrement, et que tu dois respecter cela. Tu sens un vertige te prendre et manque de tomber dans les pommes. Tu gémis un peu, le froid semblant prendre petit à petit ta vie, mais tu te figes en voyant la demoiselle détacher sa cape. Tu la regarde avec envie. Tu frissonnes en pensant à la chaleur qu'elle pourrait te procurer. Dieu que tu en as besoin Alfin.

- Comment je dois te le prouver pour que tu me crois alors... ?

Tu sursautes, tes yeux vairons se plongeant dans ceux de la demoiselle. Tu la fixe avec une certaine douleur. Ta fierté t'empêche de prendre ce vêtement, mais ton corps en a besoin. Et ça, tu le sais. Tu as tellement envie de la croire que tu préfères juste lui obéir. Tu tends une main tremblante vers la cape, t'approchant faiblement d'elle. Tu as du mal à te déplacer, tes jambes refusant de suivre. Alors que tes fins petits doigts serrent le vêtement, tu te sens tomber en avant contre la demoiselle. Lourd. C'était bien trop lourd pour toi. Tu aurais dû le prévoir, Alfin. Tu as déjà du mal à soulever ton vieux manteau, alors un vêtement aussi chaud et qui semble si neuf... Mais tu ne bouge pas. Ton visage contre la poitrine si chaude de la demoiselle te fait frissonner et ton corps s'avance même par réflexe vers la jeune femme. Tu es surpris de voir qu'un être vivant peut être si chaud malgré ce froid qui t'entoure. Tes lèvres tremblent, tout comme ton corps entier. Une pensée te pousse à fuir, mais l'autre t'encourage à rester comme tu es. Tu fermes les yeux, soupirant un peu, te disant que tu as besoin de cette chaleur pour survivre et que, si tu retrouves des forces, tu pourras parfaitement t'enfuir comme tu l'avais déjà fais auparavant.

- Si... si chaud... Ton souffle ralenti un peu, tu as comme ce besoin que la demoiselle t'enlace pour reprendre vie. M-mh... ne me tuez pas... je... j-je... vous en supplie... je ferai tout...

Tu peines à finir ta phrase pour la simple et bonne raison que tu refuses de devenir son jouet, mais tu sais parfaitement que tu as besoin de reprendre des forces. Un jour de plus dans un tel froid et tu mourras, Alfin.



 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 325
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Lun 1 Oct - 23:48
Il était si… faible. Auréliane mourait d’envie de le prendre dans ses bras et le protégeait des misères du monde alentour. Mais déjà fallait-il gagner sa confiance. Chose qui n’était pas gagnée. Elle se faisait violence pour rester immobile devant cette vision si malheureusement, tentant de ne pas céder, car si c’était pour perdre l’unique chance de gagner sa confiance… Pas question, elle allait prendre son mal en patience. Même les paroles de la demoiselle faisaient sursauter l’enfant de peur. Cela faisait mal au cœur d’Auréliane de voir qu’elle l’effrayait, mais elle évitait de le montrer, voulant dégager l’aura la plus apaisante possible. Pourtant, au grand soulagement de la jeune femme aux yeux améthyste, l’enfant finit par se saisir de la cape.

Un léger sourire effleura les lèvres d’Auréliane, se voulant rassurant. Il en avait plus besoin qu’elle, actuellement, même si elle commençait déjà à sentir le froid, elle aussi, ses poils se hérissant et un frisson parcourant sa nuque. Tant pis, elle n’était pas dans un état aussi lamentable et que risquerait-elle si ce n’est attraper un rhume ? Bon, certes, cela pouvait devenir plus ou moins grave, mais ce n’était pas en une fois qu’elle allait attraper une maladie qui saurait la faire ramper au sol, et de plus, elle savait se soigner avec ses connaissances sur les plantes.

Auréliane se retrouva à réceptionner le corps de celui qu’elle avait identifié -avec raison, il n’y avait pas deux personnes avec ces yeux- comme son frère, étouffant un élan de panique en elle. D’habitude, elle était plus calme, mais aujourd’hui, c’était… Lui.

- Si... si chaud...

Voilà qui était une bonne chose, non… ? En toute logique…

- M-mh... ne me tuez pas... je... j-je... vous en supplie... je ferai tout...

Par contre, la fin de sa phrase rendait Auréliane de plus en plus inquiète de ce qu’il avait pu subir pour devenir ainsi. Elle ne savait pas si elle pouvait se permettre de l’enlacer, craignant de le terroriser encore plus qu’il l’était, aussi difficile que ça puisse paraître. Elle se contenta donc de doucement le faire s’enrouler dans la cape.

- Je ne te ferais rien… Promis. Mais tu ne peux pas rester comme ça… Tu ne vas pas survivre par ce froid…

Elle avait peur d'être trop franche mais avait en même temps éviter de lui dire directement "tu vas mourir si tu restes à la rue". Et ce qu'Auréliane voulait, c'était de ramener son frère chez elle, de l'aider à se rétablir, de tout lui expliquer, de gagner sa confiance, de le choyer... Comment l'en convaincre ? Or si elle l'emmenait de force, elle n'aurait pas sa confiance, chose logique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
Habitant

Messages : 67
Date d'inscription : 20/09/2017
Inventaire : Vide

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Mar 2 Oct - 20:06
Retrouvailles Enneigées

Auré'

Tes lèvres tremblent de froid, et tu ressens de moins en moins la sensation de ton corps. Tu en viens à te demander si tu es encore vivant, si tout ceci n'est pas le fruit de ton imagination, ou que tu as tout simplement passer la frontière du monde des morts. La chaleur de la demoiselle t'apaise horriblement, et tu en viens à te coller au plus près d'elle. Ton esprit est tout aussi confus que celui de ton interlocutrice, mais tu ne bouges pas. Le souffle ralentissant, tu fermes un peu les yeux et te demande de quelle façon l'inconnue va se servir de toi. Vas-tu de nouveau devenir un esclave sexuel pour le bien être personnel d'une personne ? Ou vas-tu devoir exercer les pires tâches possibles et inimaginables ? Tu te mords les lèvres pour espérer que ce genres de pensés cessent de se répandre dans ton cerveau mais malheureusement, le froid de l'hiver empêche la douleur de te faire réagir...

- Je ne te ferais rien… Promis. Mais tu ne peux pas rester comme ça… Tu ne vas pas survivre par ce froid…

Là, je te coupe tout de suite mon cher Alfin. Après tout, dans l'état dans lequel tu te trouves, tu vas penser que cette demoiselle est un ange tombée du ciel. Mais clairement, non. Oh, tu fais les gros yeux, n'est-ce pas ? Elle a beau t'enrouler dans sa cape pour te tenir au chaud, tu devrais savoir qu'elle ne le fait que pour mieux te savourer plus tard, gamin. Tu fronces les sourcils, torturé par mes idées, mais tu ne peux t'empêcher de reconnaître que je pourrai avoir raison. Pourtant, ton esprit semble une nouvelle fois en contradiction avec moi, ta chère folie, car cette phrase si dure et réaliste de la jeune femme semble montrer qu'elle ne te prend pas pour un gosse. C'est vrai qu'on ne dirait pas ça à un enfant, et encore moins à un petit d'à peine 9 ans. Ainsi, tu lèves doucement les yeux vers elle, presque essoufflé par l'effort fourni. Tu t'en fiches d'être aussi pitoyable, tout ce dont tu as besoin, c'est de survivre, et cette jeune femme est ton dernier espoir pour cela. Tu as du mal à garder les yeux ouverts, ton corps tremblant comme une feuille, et ton esprit embrumé. Quel faible petit garçon fais-tu là, Alfin... Tu entrouvres la bouche, de fins crocs blancs apparaissant. La mordre ? Bien sûr que non, tu n'en as pas la force... Tout ce que tu peux faire en ta condition, c'est de la supplier... Et, étrangement -notez bien l'ironie-, c'est ce que tu comptes faire.

- J-je... vous en supplie... p-pitié... r-ramenez.. m-moi-...

Tu as à peine le temps de finir ta phrase que tu sens tous tes muscles te lâcher d'un coup. Tes yeux se ferments soudainement, et ton corps aussi léger que celui d'une brindille vient s'écraser de plus belle contre la jeune inconnue. Si dans les heures à venir, tu ne te réchauffes pas, cela signifiera la fin de ta misérable vie. Mais bien évidemment, cela, tu ne peux pas le savoir... Et il n'en vient qu'à cette femme de te sauver... ou de te laisser crever.


 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 325
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back] Mar 2 Oct - 20:57
Auréliane savait bien que la façon qu’il avait de se blottir encore plus contre elle n’était là qu’un simple réflexe de survie que de chercher la chaleur, or elle était la source de chaleur la plus proche de lui, mais secrètement, elle espérait que ça soit le début d’une confiance qui s’installait lentement entre eux. Peu importe si elle prenait des mois à être totale, il fallait un début à tout, et peut-être que ce simple contact était ce « début ».

La jeune femme soupira, son souffle formant de la buée au contact de l’air froid. Elle était gelée, certes, mais pas autant que lui. Mais elle craignait de ne jamais y arriver. A le convaincre. Elle voyait bien qu’il était torturé de l’intérieur par un dilemme qui lui était inconnu mais…. En même temps, il l’entendait encore correctement puisque ses paroles semblaient avoir réveillé quelque chose en lui alors qu’il levait le regard vers elle. Ses magnifiques yeux vairons. Voilà qui ne passait pas inaperçu, et la demoiselle ne serait même pas étonnée si ça lui avait apporté des problèmes.

La vampire commençait à envisager de l’emmener chez elle pour le réchauffer auprès d’un bon feu et avec une boisson bien chaude et ce peu importe ce qu’il en pensait, quand enfin, il dévoila ses longues canines, comme pour essayer de s’exprimer. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Auréliane était tendue, espérant qu’il n’essaie pas de la repousser ou autre, car la parole était bien le seul moyen d’expression qu’il lui restait, frigorifié comme il l’était, il ne pouvait guère bouger. Et encore, bientôt, il n’aurait sans doute même plus la force de parler, si cela continuait ainsi.

- J-je... vous en supplie... p-pitié... r-ramenez.. m-moi-...

Mais le ramener où ? Il voulait qu’elle le ramène chez quelqu’un ? Ou chez elle ? Peu importe, il semblait au bord de l’inconscience et il suffisait d’essayer de communiquer alors que son état de santé se faisait si pressant. Elle hocha simplement la tête, lâchant un « oui » dans un murmure, avant de se lever, portant son corps frêle entre ses bras et le réchauffant avec sa cape et sa chaleur corporelle du mieux qu’elle le pouvait. Elle essaya d’éviter les rues trop fréquentées car la scène pouvait paraître bizarre sinon et se précipita vers chez elle. Heureusement, sa maison n’était déjà plus très éloignée, et à peine arrivée, elle se dépêcha de le déposer sur le canapé et d’allumer le feu. Puis de le couvrir un peu plus, et lui laver au moins la figure. Il semblait inconscient… En attendant, tout ce qu’elle pouvait faire c’était préparer quelque chose qui le remettrait d’aplomb.

Mais lorsqu’il se réveillerait et serait suffisamment en forme, ils devraient tous deux avoir une vraie discussion. Sans doute. Elle ne savait si elle était pressée ou stressée à cette idée. Peut-être les deux. Mais en attendant son réveil, même s’il venait à dormir pendant plusieurs jours, elle veillerait sur lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back]
Revenir en haut Aller en bas
[FINI] Retrouvailles enneigées [Pv Alfin - Flash back]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
City of lies RPG ::  :: Rps terminés-
Sauter vers: