Partagez|

Chevalier au rapport [PV : William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
Chevalier

Messages : 10
Date d'inscription : 21/09/2017

avatar

MessageSujet: Chevalier au rapport [PV : William] Ven 13 Oct - 8:59
détails
Rapport.
Remontrances en vue.
ft. William Chandler Taylor.
Ʃkaemp はは ™

Organisation. Rigueur. Rangement. Ordre. Mise en place. Rien à redire. Bureau bien rangé. Pas de papiers dépassant. Missives envoyées. Missives reçues triées. Rangées aussi. Bureau en ordre. Prêt à la réception. Prêt à la réflexion. Salle moyenne. Peu de décoration. Tapisseries simples. Large fenêtre donnant sur la cour. Temps agréable. Donc cheminée éteinte. Poussière absente. Lumière donnée uniquement par le soleil. Puis les flammes. En cas de nécessité. Des livres à gauche du bureau. Une large pièce de bois. Un encrier fermé. Ouvert si nécessaire. Porte étroite. Une personne à la fois. De la porte au bureau. Distance importante. Des parchemins à droite. Papier à lire. Ou pour écrire. Selon les cas. Selon les jours. Selon les ordres. Siège derrière le bureau. Siège rarement utilisé. Sauf le soir. Pièce peu souvent utilisée aussi. Plus souvent avec Sion Aka. Concertation nécessaire. Entre chef et stratège. Pièce pour les réflexions solitaires. Pièce pour les rapports. Pour la réception. Pour les explications. Pour les rares compliments. Probablement jamais prononcés depuis. Plus pour les remontrances. Mais d'abord. Rapport. À voir. Temps venu. Comme toujours. Événement notable. Besoin de rapports. Besoin de témoignages. Informations à revoir. Plans à changer. Positions à revoir. Sûrement. Raison de sa convocation. Il ne devrait plus tarder. Ça serait pour bientôt. Le discours déjà prêt. Repasser les souvenirs. Repasser le dit. Une utilité certaine. Pour bien s'avancer. Pour ne pas faire d'erreur. Mais versions manquantes. Versions à recevoir. Événement à compléter. Ou cas allant empirer. Roi en danger. Patrie en danger. Paix en danger. Des paramètres à surveiller. Au nom d'une fonction.

Quelques temps de cela. Une attaque. Cible évidente. Sa majesté. Un discours. Les affectations. Ma décision. Regret aucun. Car roi sauvé. Roi indemne. À quel prix. Sûrement le Prisme derrière tout ça. Idée aucune. Organisation. Roi parti. Pour un discours. Chevaliers choisis en garde rapprochée. Puis discours. Puis agitation. Chevaliers tentant de contenir la foule. Dispersion. Puis flèche. Archer non retrouvé. Flèche visant le roi. Flèche ayant touché un autre. Un chevalier. Interposition. Sacrifice. Altruisme. Blessure peu légère. Sacrifice pour le roi. Roi sauvé. Lui blessé. À l'épaule. Endroit non protégé par l'armure. Nécessité. Protéger les points vitaux. Donner de l'aisance dans les mouvements. Deux obligations. À chaque rôle son armure. Je divague. Ce n'est pas mon rôle. Inutile d'y penser. Des pas se font entendre. Tout s'entend par ici. La convocation du chevalier. Rapport nécessaire. Raison de sa présence. Il devrait arriver. Porte entrouverte. Assez pour qu'il sache. Il doit entrer. Pas une invitation. Une obligation. Le plus tôt sera le mieux. Pas la première attaque. Elles se répètent. Elles se rapprochent. Réaction nécessaire. Réaction rapide. Pour la sauvegarde. C'est ce que je dois faire. Ce qu'il faut faire aussi. Le roi est le roi. Une vie reste une vie. Chevalière pour protéger des vies. Première mission. En mon sens. Je divague. Encore. Habitude d'aller trop loin. Réfléchir. Pour comprendre. Pour contrer. Pour sauver. Pour rétablir. Qu'importe. Chevalier remis. Chevalier convoqué. Chevalier en chemin. Chevalier arrivé. Chevalier entré. Face à sa personne. Un demi tour. Regard planté dans le sien. Silence disparaissant. Paroles prononcées.

« Vous voilà, chevalier William Chandler Taylor. »

Un simple constat. Constat cordial Constat sans reproches. Un mouvement de tête. Invitation à la discussion. Il savait les raisons de sa venue. Questionnement inutile. Sa réponse attendue. Silence maître. Jusqu'à ce qu'il parle.

Hors sujet ? Là où l'on va, on a pas besoin de hors sujets.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier
Chevalier

Messages : 37
Date d'inscription : 20/09/2017

avatar

MessageSujet: Re: Chevalier au rapport [PV : William] Lun 16 Oct - 13:16
Le réveil fut difficile, comme chaque jour. William Taylor détestait devoir se lever. Encore plus s’il devait le faire tôt le matin. Et si le soleil n’avait même pas pris la place de la lune dans le ciel… N’en parlons pas. Il avait grogné, fait plusieurs tours dans son lit en espérant chasser ses obligations ou retourner dans le passé comme par magie, pour pouvoir dormir un peu plus. Il avait finalement chassé les draps avec colère et s’était dirigé vers la cuisine pour prendre son café. Sans ça, rien ne pouvait retirer cet air bougon de son visage endormi, et avant que la boisson n’ai fait son effet, il n’adressait la parole à personne.

Une fois prêt, vêtu de son armure et sa fidèle épée à ses côtés, il laissa un petit mot sur la table de la cuisine et quitta la maison qu’il occupait depuis peu avec Zeael. Ce dernier été au courant qu’il devait partir très tôt ce jour-là, mais l’attention lui ferait plaisir, et le rassurerait sans doute. Liam aurait aimé aller le voir un moment dans sa chambre, l’observer dormir paisiblement. Mais il ne voulait surtout pas le réveiller, et encore moins lui faire peur. Il se sentait suffisamment surveillé et épié comme ça au quotidien, toujours hanté par le passé, pour qu’on ne lui ajoute pas une angoisse en plus. En tant que protecteur auto-proclamé de ce petit ange bleu, le Chevalier détestait devoir l’abandonner, même pour une journée de travail.

Et s’il devait se rendre là-bas aussi vite, c’était pour un rendez-vous des plus importants. La stratège de l’Ordre, l’une de ses supérieurs parmi les plus hauts placés, lui avait demandé de se présenter à son bureau, juste après l’aube. La convocation ne l’avait pas surpris, et il savait ce qu’il allait y faire : raconter, avec le plus de détails possibles, l’incident qui s’était passé quelques semaines auparavant, et qui avait mit en péril la vie de leur souverain. Le Roi en personne l’avait remercié, fait monté en grade et offert de pouvoir vivre indépendamment des dortoirs des soldats. Et puisqu’il ne vivait plus au coeur même du château, qu’il avait de la route à faire jusque là-bas, son réveil avait été avancé d’une bonne heure.

Voilà pourquoi il arpentait les rues vides d’Ayame dans le noir et la fraîcheur de fin de nuit. Il grogna, encore. Que n’aurait-il pas sacrifié pour son meilleur ami ?

D’abord, il passa voir la petite escouade qu’il commandait depuis très peu de temps. Il les connaissait tous personnellement depuis son arrivée dans l’Ordre, et les traitaient de ce fait plus en amis qu’en subordonnés. C’était peut-être pour cette raison qu’il était appréciait par la grande majorité d’entre eux. Néanmoins, Liam ne tarda pas trop et s’excusa de son départ, expliquant pour qui et pour quoi il devait s’absenter. Les réactions à cette nouvelle furent immédiates, et les Chevaliers près de lui semblaient même inquiets.

«  - Quoi Tatiana Ludemberg ? La stratège ? Cette fille- ?
- Oui, pourquoi ? Tu en connais d’autres ? s’amusa William.
- Non, c’est juste qu’elle est un peu… spéciale…
- Tu rigoles ? J’ai jamais vu quelqu’un d’aussi flippant et froid !
- Il paraît qu’elle a sacrifié la vie de beaucoup d’entre nous sans sourciller, juste pour que ses plans fonctionnent. Elle est efficace selon les supérieurs.
- Ça ressemble plus à de la cruauté, si tu veux mon avis !
- Et son regard perçant, ça me donne froid dans le dos…
- M’en parle pas… T’es sûr que t’y vas pas pour te faire remonter les bretelles Liam ? Sinon j’ai bien peur qu’on te reverra plus jamais…
- Mais vous allez arrêter de tout exagérer ? Elle est un peu distante, c’est vrai. Mais elle ne mérite pas qu’on l’affuble de toutes ses rumeurs ! Mettez-vous plutôt au travail. Oust ! les chassa-t-il gentimment.»

William soupira. Il avait déjà eu l’occasion de croiser la stratège de l’Ordre, comme à peu près tous les Chevaliers, que ce soit dans les couloirs ou lors d’explications de plans précis. Et elle ne lui avait pas paru si horrible… Décidément, que ce soit parmi les Nobles ou n’importe quelle classe sociale, les commérages et préjugés ont la vie dure. Il se dirigea finalement vers sa destination, aperçu la porte entre-ouverte et toqua poliment avant d’entrer et de refermer derrière lui. Jamais il n’avait été invité à entrer dans un bureau de quelqu’un de si important, mais ces dernières semaines beaucoup de choses avaient changé. La pièce était simple, très ordonnée. À l’image de celle qui l’occupait sans doute.

« Vous voilà, chevalier William Chandler Taylor. »

Le principal intéressé tiqua une demi-seconde sur l’utilisation de son nom complet, mais essaya de ne rien laisser paraître. Il adressa un signe de tête respectueux à son interlocutrice, puis la salua.

« Mademoiselle Lundemberg. »

Un simple signe de sa part encouragea notre Chevalier à continuer, de raconter ce qu’il savait sans plus attendre. Et il ne se fit pas prier.

« Ce jour-là, j’avais été posté à la Garde Rapprochée de sa Majesté en renfort pour sa sortie dans la ville. Mon travail était de rester immobile à côté de notre Roi, et de surveiller les mouvements de la foule autour de nous. Une autre équipe était devant, pour les retenir, et d’autres encore patrouillaient tout autour. Tout se déroulait parfaitement bien, jusqu’à ce que certains intrus disséminer dans la masse de nos habitants ne commencent à crier. De ce que j’ai compris, il s’agissait de rebelles qui reprochaient au Roi de n’en avoir que pour les Nobles. Leurs protestations se sont terminées sur des menaces… « À bas Lupus ! » , c’est ce qu’ils ont scandés tous en cœur pendant plusieurs minutes. Nous avons alors mis en place la mesure d’évacuation de la place, tous les hommes de la sécurité rapprochée ainsi que moi-même nous sommes rapprochés du Souverain rapidement. C’est à ce moment que la première flèche s’est plantée juste derrière lui, sur une fenêtre derrière l’estrade. S’il n’avait pas bougé au dernier moment pour nous rejoindre, je crois qu’il serait mort à l’heure qu’il est… La seconde flèche est arrivée très vite derrière la première. Je n’aurais pas eu le temps de dégainer mon épée pour tenter de la parer, alors je me suis simplement interposé. À quelques centimètres, près, cette fichue pointe n’aurait rencontré que le métal de mon armure… Le regard dans le vide et tourné vers le sol pour mieux se plonger dans ses souvenirs, Liam porta une main à sa cicatrice, comme si la douleur était ravivée par le simple fait d’évoquer son ancienne blessure. Pendant ce temps-là, les autres ont eu le temps de mettre notre Roi en sécurité dans sa voiture personnelle et de le renvoyer en urgence au château. Sur le reste de la place, il n’y avait que de la panique, les habitants ne suivaient plus les ordres et partaient dans tous les sens. Nous avons eu beaucoup de victimes ce jour-là, des blessés surtout à cause des piétinements. Nous avons retrouvé certains manifestants, il me semble, mais pas l’archer. Il était posté en haut d’une église un peu plus loin, nous y avons retrouvé son arme. Mais il s’était déjà enfui et fondu dans la foule, aucune preuve ne pouvait plus le relier au crime. Une fois que tout s’est calmé là-bas, que la place a été barricadée et que les investigations ont pu réellement commencer, des Chevaliers m’ont ramenés moi-aussi pour qu’on me soigne. Et c’est tout. Il n’y a qu’une chose qui me préoccupe sur cette histoire, c’est peut-être sans importance, mais je me dois de tout vous dire. Avez-vous une idée de ce que pourrait-être le Prisme ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier
Chevalier

Messages : 10
Date d'inscription : 21/09/2017

avatar

MessageSujet: Re: Chevalier au rapport [PV : William] Dim 22 Oct - 14:51
détails
Rapport.
Remontrances en vue.
ft. William Chandler Taylor.
Ʃkaemp はは ™

Réponse. Expression faciale. Ma façon de parler. Elle lui et déplaisante. Qu'importe. Méthode usitée. Encore et encore. Depuis longtemps. Une seule exception. Unique exception. Réponse vite disparue. Il sait se reprendre. Nécessaire en tant que chevalier. Au moins ça. J'y reviendrai. Regard de haut en bas. Bon maintien. Ancien noble oblige. Mépris pour la caste absent. Respect aussi. Juste des personnes. Des richesses. Des races. Seule distinction. Distinction insuffisante. Avis inutile. Car avis non exprimé. Avis inutile à exprimer surtout. Il fallait les servir. Il fallait les protéger. Il étaient servis. Ils étaient protégés. Cet homme le prouvait. Prendre un tel risque. Entre une flèche et le roi. Rapport déjà lu. Les autres témoignages. Jamais le concerné. Blessure oblige. Compréhensible. Ce risque en est la cause. Il était revenu. En vie. Ce qui comptait. Pion gardé. Soulagement peut-être. En perdre. Jamais pratique. C'est tout. Un chevalier. Un pion. Qu'importe le grade. Rien de plus. Quelque chose de pratique. Empathie absente. Analyse juste. Les capacités de chacun. Qu'importe les sacrifices. Tant que la réussite y est. Aucune raison de s'inquiéter dans ces cas. Seule chose possible à admettre. Réussite importante. Mais crainte rarement bonne. Inspirer le respect. Ce qu'il faut faire. Je l'ai appris. Tantôt intimidante. Tantôt plus aimable. Des limites à ne pas franchir. Assez proche pour éviter les problèmes. Assez loin pour continuer à l'utiliser. Continuer à le voir comme un pion. Le nécessaire. Le pratique. Pas le contingent. Pas l'inutile. Position statique. Les deux. Tension présente. Tension de la cordialité. Major et stratège. Se voir serait obligatoire. Bonnes relations plus pratiques.

Il parla. Je l'écoutai. Des faits connus. Des faits précisés. Donc moins connus. Du début à la fin. À n'en pas douter. Écoute toujours. L’événement. Le discours. Leur travail. Leur affectation. Par mes soins et ceux du supérieur. Avis à écouter. Avis à respecter. Avis à contredire parfois. Discussions souvent calmes. Nécessité. Le calmer aussi. L'arrogance est pêché dans un conflit. En abuser est nocif. Pour la vie. Surtout pour la victoire. L'arrogance est faiblesse. L'ennemi n'attend jamais pour s'y enfoncer. L'arrogance de l'ennemi est notre aubaine aussi. Manière efficace de l'abattre. Mais chance rare. L'ennemi fut plus rusé cette fois. Il racontait beaucoup de ce que je savais. Son action m'importait. Pour une confirmation. Reproches des manifestants compris. Mieux valait ne pas y penser. Cicatrice encore douloureuse. Pour nous deux. Au sens propre pour William Chandler Taylor. Au sens figuré pour moi. Souvenir récent. Souvenir qui s'affaiblirait. Mon souvenir était ancien. Il n'a disparu. Il est juste plus supportable. Le sien le sera. Malgré les mots à venir. Attachement à la vérité vu. Assurance confirmée. Témoignage digne de confiance. Une bonne chose. Vérité plutôt que mise en valeur. Ce n'est pas mauvais. Juste frustrant dans un sens. Satisfaction aucune. Première ''grande'' mission. Grande erreur. Il aurait pu y passer certes. Ça aurait pu être inutile surtout. Réflexion aucune. Un bon pion. Mais un bon pantin. Moment de réponse. De rectifications. D'explications. Hochement de tête. Paroles assimilées. Moment de silence. Réflexion aux mots à choisir. Moment bref. Ou long. Cela dépend des perspectives. Enfin. Réflexion terminée. Paroles commencées.

« Je savais pour votre position. C'est moi qui l'ai décidé. Pas que pour vos compétences, mais surtout par assurance. Certains nobles veulent prendre la place du roi. Certains deviennent chevaliers pour ça. Par chance ce n'est pas votre cas. On a pu le confirmer. Néanmoins...ce fut décevant. J'ose espérer que vous ne ronflerez pas d'arrogance pour cela. »

Constat. Reproche léger. C'était prévisible. Incapacité sur le champ de bataille. Voilà le verdict. Une action irréfléchie. Peut-être un faux calcul. Peut-être la peur. Formation tardive en cause. Émotions connues difficiles à réprimer. L'inconnu est plus facile à ignorer. Fait bien connu. Ses raisons ne m'importent finalement. Seul l'acte compte. Preuve d'un manque de sagesse. Nécessité de le communiquer à la hiérarchie. Son placement est à revoir. Les informations. Bon épéiste. Fort pratique sur le champ de bataille. Comportement inapproprié cependant. Comportement fatal lors d'un combat. Pion pratique néanmoins. Cela est donc dommageable. Dommageable mais prévisible. Il fallait faire avec. Les possibilités n'étaient pas inexistantes. Bon point. Maintenant réponse. Claquement de langue d'abord.

« Votre risque était inconsidéré. Croyez-vous au moins en vos compétences ? On aurait pu avoir besoin de vous. Enfin, ça confirme votre inutilité. Le champ de bataille n'a pas besoin d'un idiot. »

Froideur reconnue. Qu'il comprenne son ridicule. Dernière question. Réponse nécessaire. Son grade oblige. Le chef Sion Aka m'a donné des instructions. Aucune interdiction concernant la réponse à donner.

« Concernant votre question sur Prisme. Votre manque de connaissances vous perdra. Il s'agit d'une organisation ennemie. Son but est la tête du roi. Leurs raisons sont en revanche inconnues. Pourquoi cette question ? »

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier
Chevalier

Messages : 37
Date d'inscription : 20/09/2017

avatar

MessageSujet: Re: Chevalier au rapport [PV : William] Sam 11 Nov - 19:00
« Je savais pour votre position. C'est moi qui l'ai décidé. Pas que pour vos compétences, mais surtout par assurance. Certains nobles veulent prendre la place du roi. Certains deviennent chevaliers pour ça. Par chance, ce n'est pas votre cas. On a pu le confirmer. Néanmoins... Ce fut décevant. J'ose espérer que vous ne ronflerez pas d'arrogance pour cela.

- Votre risque était inconsidéré. Croyez-vous au moins en vos compétences ? On aurait pu avoir besoin de vous. Enfin, ça confirme votre inutilité. Le champ de bataille n'a pas besoin d'un idiot.

- Concernant votre question sur le Prisme. Votre manque de connaissances vous perdra. Il s'agit d'une organisation ennemie. Son but est la tête du roi. Leurs raisons sont en revanche inconnues. Pourquoi cette question ?
»

Après avoir vécu une vingtaine d’années avec un père exigeant, Liam avait pris l’habitude des remontrances. Il savait d’expérience qu’il valait mieux laisser passer l’orage, entendre chacun des reproches que l’autre avait à faire avant d’intervenir pour ne pas envenimer la situation. Il resta calme et neutre durant tout le temps ou Tatiana s’adressait à lui, même s’il est vrai que de recevoir des remarques de quelqu’un d’autres que son père était une expérience assez insolite.

Tout d’abord, concernant le choix de sa supérieure quant à sa position, il savait bien que les décisions de ce genre venaient d’elle et de Sion Aka. Mais la vérification de ses motivations à être Chevalier le surprenait un peu plus. Surtout, parce que lui ne pensait presque plus à son ancienne vie parmi la Noblesse et bien qu’il n’est jamais eu à s’en plaindre, il ne s’était jamais senti à l’aise dans ce milieu de riches hypocrites privilégiés. Et il était très clair dans son esprit qu’il n’en faisait plus parti. Il n’avait néanmoins pas pensé que les autres pouvaient voir son passé d’un autre œil et de ce fait comprenait très bien pourquoi ils avaient voulu le tester. Il n’avait néanmoins pas pensé que les autres pouvaient voir son passé d’un autre œil et de ce fait comprenait très bien pourquoi ils avaient voulu le tester. Il avait été d’ailleurs gêné par toute l’attention que son geste lui avait valu dans les semaines suivant l’incident, encore plus lorsqu’il avait été reçu et remercié par le Roi lui-même. Il ne préféra pas faire de remarque sur aucun de ses points, puisqu’en parler n’y changerait rien, il ne pouvait prouver sa bonne foi envers l’Ordre qu’en se comportant de la bonne manière.

La deuxième réprimande lui posa déjà plus de problèmes. Peut-être qu’il n’avait que quelques années d’expérience parmi l’Ordre, mais Liam avait vécu comme un soldat depuis bien plus longtemps. Il avait reçu des entraînements depuis sa plus tendre enfance, et des meilleurs maîtres du continent. Aucun d’entre eux ne l’avait ménagé malgré son rang ou son jeune âge. Bien sûr, rien de tout ça ne valait la pratique réelle sur le terrain, mais une fois de plus, il avait pu mettre à l’épreuve toutes ses facultés durant son périple au travers d’Aenae.

« Je ne me suis pas jeté devant cette flèche pour me montrer héroïque au péril de ma vie. Même si les choses se sont passées très vite, j’ai eu le temps de réfléchir aux différentes possibilités et j’ai fait le choix d’arrêter cette pointe de cette façon. Si je n’avais pas ouvert les bras et que j’avais essayé de dégainer mon épée, la flèche serait passer juste au-dessus de moi, et notre Majesté ne serait plus de ce monde pour en témoigner. J’aurais simplement dû me mettre un peu plus à gauche, et elle ne m’aurait pas même effleurée… De plus, ce n’est pas une blessure à l’épaule de mon bras non-dominant qui m’aurait arrêté. Je suis d’ailleurs resté à l’endroit de l’attaque un bon moment avant d’être rapatrié. »

Avant de terminer sa tirade, Liam ne put empêcher un léger sourire en coin d’apparaître sur ses lèvres.

« Enfin, pour répondre à votre question à propos du Prisme… J’en ai évidemment entendu parler bien avant cela. Mais j’avais la nette impression qu’on ne nous disait pas tout là-dessus,. J’essayais simplement de voir si vous pouviez m’en apprendre plus en imitant l’innocence. Pour le coup, c’était idiot de ma part, veuillez m’en excuser. » Ajouta-t-il avant de s’incliner poliment devant elle.

Ses intentions lorsqu’il avait voulu en apprendre plus sur ce mystérieux organisme n’était, en aucun cas, mauvaises.Ses intentions lorsqu’il avait voulu en apprendre plus sur ce mystérieux organisme n’était, en aucun cas, mauvaises. À vouloir tromper une femme plus intelligente que lui, il n’avait rien pu faire d’autre que de passer pour un parfait imbécile, et intérieurement, il se moquait de lui-même pour n’avoir ne serait-ce qu’essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier au rapport [PV : William]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouvelle Garde [William]
» Rapport n° 678 ~ William T. Spears [Finish o/ ...je crois °w°)
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Un honorable chevalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
City of lies RPG ::  :: Les plaines :: Ayame-
Sauter vers: