Partagez|

Prise dans son propre piège [PV White]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Admin
Admin

Messages : 255
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Prise dans son propre piège [PV White] Ven 29 Déc - 9:15
Auréliane écarquilla les yeux. Elle regarda autour d'elle, paniquée intérieurement mais gardant une apparence calme. Pourtant, elle ne l'était pas du tout ! Elle était... encerclée. Piégée. Impossible. Elle n'avait pourtant commis aucune erreur, absolument aucune. Alors pourquoi ? Elle avait pris connaissance de toutes les informations utiles qu'elle avait à savoir sur ce carosse. L'escorte était censée être composée d'à peine trois ou quatre chevaliers, et sa cible était un marquis un peu grassouillet qui avait passé trop de temps à vivre de la misère du peuple, ainsi que sa fille "jeune et belle" qui devait être mariée à la capitale Ayame. C'était des nobles d'Alberich. Rien de mieux que de les attaquer sur le trajet où il n'y avait aucun témoin.

En soi, les chevaliers n'avaient jamais étés un problème. Le plus souvent, c'était certes la plus grande menace, contrairement aux nobles, qui malgré les cours d'escrime qu'ils étaient censés avoir suivi paniquaient bien trop facilement, tant ils avaient l'habitude de se cacher derrière leur soldat. Mais les chevaliers... Ils savaient se battre, et pas qu'un peu. A ses débuts dans son périple pour sa vengeance, Auréliane s'était déjà pris une bonne raclée de la part de l'un d'eux. Et peut-être même plus d'une fois. Heureusement pour elle, la chance l'avait toujours suivie. Soit le chevalier prenait pitié et lui laissait la vie sauve, soit elle trouvait le moyen de s'enfuir, se maudissant pour sa lâcheté, ou encore parfois, utilisait la ruse. Auréliane n'avait encore jamais tué un seul chevalier, elle se contentait toujours de les mettre hors d'état de nuir. Elle ne voulait pas les tuer. Les pauvres étaient juste manipulés.

Mais là.. Aurait-elle le choix ? Car c'était bien une dizaine de chevaliers, voir plus qui l'encerclaient. Elle plissa les yeux, tentant de voir ce qu'il y avait derrière les rideaux du carosse. Ce père et sa fille y étaient-ils vraiment ou était-ce un piège orchestré pour la capturer depuis le début ? Il faut dire que depuis un peu plus de 4 ans qu'elle chassait les nobles, elle s'était fait une réputation. Et il n'était sans doute plus question de l'épargner, elle était devenue une trop grande menace. Il y avait même des affiches d'elle en ville, elle était recherchée. Enfin, comme elle faisait tout pour que son visage ne soit jamais vu, il n'y avait pas d'images, seulement une description. "Femme, cheveux longs et bruns, pas plus de 20 ans, dangereuse, tueuse de nobles". Impossible qu'on l'ait repéré...

Elle réfléchissait à tout allure. Celui qui l'avait informé était le tavernier de cette misérable auberge d'Albérich. Mais ce n'était pas comme si elle lui avait demandé d'enquêter, non, elle avait juste surpris une conversation entre lui et son voisin du comptoir comme quoi "la fille du château" allait se marrier. Et elle s'était incrustée à la conversation, ce qui avait énormément surpris les deux hommes. Elle était plus du genre à être tellement silencieuse que ça en rendait mal à l'aise son entourage. Peut-être le patron de l'auberge avait-il fait le rapprochement entre sa soudaine loquacité et ses questions un peu trop précises et l'avis de recherche qui était aussi exposée dans son établissement ? Non... Il était quelqu'un du peuple, qui lui aussi avait du souffrir à cause de la noblesse. Il n'avait aucune raison de... Certes, la somme proposée était coquette, mais pas au point d'aider les nobles.. Les nobles qui martyrisaient le peuple en se cachant derrière des sourires et des phrases telles que "c'est pour votre bien".

Oui, Auréliane était peut-être parfois un peu trop naïve. Elle resserra le poing, raffermissant sa prise sur son katana. Peu importe. Ca n'avait plus d'importance. Elle était perdue et malgré toute sa confiance en soi, elle avait bien compris qu'elle ne pourrait pas s'en sortir. Mais elle ne se laisserait pas abattre sans rien faire. Elle voulait voir s'il y avait vraiment des nobles dans ce carosse. Et si oui, elle les abattrait avant d'être tuée. Pour cela, il fallait qu'elle se fraye un chemin jusqu'au transport. Il n'était plus question d'être clémente avec les chevaliers, c'était un combat de vie ou de mort. Ils étaient une trop grande menace. En voyant les lances pointées sur elle, elle maudit son sabre qui ne lui permettait que le combat rapproché. Elle avait bien essayé l'arc mais, ce n'était pas sa tasse de thé, et elle n'aimait pas tout simplement, même si elle savait à peu près viser. Et de toute façon, elle n'aurait pas eu le temps de tirer une flèche. Elle était presque certaine que si elle faisait un pas, elle allait se retrouver empalée. Il fallait être prête à faire un pas de côté pour éviter une lance. Et pour cela être concentrée sur chaque bruit, chaque son, chaque mouvement. Même si elle ne tiendrait pas éternellement. En fait, il n'y avait même aucune chance qu'elle n'atteigne le carosse.

C'était son dernier combat. Et pas comme si elle avait un espoir, aucune chance que l'on lui vienne en aide. Il n'était pas impossible que d'autres voyageurs passent par là, mais ils ne viendraient certainement pas à son secours. Et elle n'avait aucun ami, aucun allié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prisme
Prisme

Messages : 31
Date d'inscription : 22/12/2017
Inventaire : Vide

avatar

MessageSujet: Re: Prise dans son propre piège [PV White] Ven 29 Déc - 15:25


Il se réveilla à l'aube. Le chant des oiseaux provoqua en lui une sérénité apaisante. La bonne humeur l'accompagnant, il se prépara en s'habillant de ses vêtements habituels, finissant par enfiler sa cape bleue. Il prit quelque chose de rapide à manger, qu'il allait finir en chemin, puis il se mit en route.
Sa mission ? Trouver la protagoniste de ces rumeurs.
White avait entendu parler d'une jeune demoiselle attaquant les nobles d'une habilité sans pareille. Si elle les détestait tant, pourquoi ne pas la faire venir parmi le Prisme ? En plus de devoir aller chercher des matériaux en ville, il voulait absolument voir de ses propres yeux ce qu'il se passait. Alors il avait écouté les ragots liés à cette histoire. Et le voici ici, dans les plaines, dans l'attente d'action.

Essuyant les dernière miettes de son petit déjeuner de ses vêtements et de son visage, l'elfe resta à l'écart de la route. Il savait que ce serait sur ces chemins gravillonneux que les nobles passaient en général. Il n'était pas bon pour lui pour le moment d'être vu par ces derniers. Sauf s'il les tuait immédiatement. Vincent Kane était sensé être mort. Il l'était. Maintenant White avait prit sa place.

L'elfe avançait rapidement. Alors qu'il n'était plus très loin de la ville la plus proche, de l'agitation se fit entendre. Ses chevaliers escortant une calèche. Sans aucun doute, c'était des nobles. Rien qu'à voir les détails de ce transport affichant en gros plan les richesses de ses propriétaires... Ce genre de truc, au-part avant, White aurait trouvé ça joli. Maintenant, il détestait ça. Ces trophées prouvant que le "petit peuple" n'était rien et ne pouvait rien faire contre eux.
"Tout se saura, bientôt..." se disait l'homme, pendant qu'il essayait de se trouver un endroit où se cacher.

Dans cette agitation, White comprit ce qu'il se passait. Et il le vit, à quelques mètres plus loin. Une jeune demoiselle, celle qu'il cherchait ? Elle était là, au milieu de ces chevaliers, beaucoup trop nombreux pour elle seule. Malgré ça, le blanc put remarquer son regard. Oui, il n'avait pas 20 ans, mais il gardait une vue perçante.
Elle gardait une certaine détermination, même lorsqu'elle se rapprochait de la mort. Elle ressemblait à un serpent au milieu de rapaces. Un prédateur en temps normal, mais entouré d'autres prédateurs, surtout en groupe... Elle ne pouvait rien faire.

Alors que les chevaliers s'approchaient d'elle pour l'empaler, White passa à l'action. Il dégaina son arc, prit une flèche en une fraction de seconde de son carquois puis, après une seconde pour viser, il tira. Le projectile alla se placer en pleins dans le crâne d'un soldat. Puis une autre flèche, dans la jambe d'un autre. Le suivant fut touché dans la cage thoracique. En dix secondes, trois ennemis étaient à terre. Et ça continuait. Un fut touché dans la gorge, un autre dans le ventre, White semblait s'amuser à viser des parties de corps différentes à chaque fois. C'était le cas. Un léger sourire en coin se dessina sur son visage basané.
Evidemment, les quelques membres d'escortes encore valides se mirent à répliquer, cherchant d'où pouvait venir ces flèches. L'elfe sortit alors de sa cachette, prit une de ses flèches, et s'en servit comme poignard, le plantant dans l'oeil du chevalier le plus proche. Il était d'une rapidité étonnante d'après ces gardes qui ne s'y attendaient pas. Vint ensuite le corps à corps. S'aidant de son arc et récupérant les flèches utilisées pour s'en servir de couteau à planter, il se mit à virevolter dans les airs, à rouler au sol, toujours en mouvement, il était difficile de voir où il allait et ce qu'il allait faire.

En cinq minutes même pas, c'était fini. La calèche était libre d'accès. White alla ouvrir, doucement, restant derrière la porte pour ne pas être vu des nobles. Et tout en se tournant vers la demoiselle aux yeux améthystes il prit la parole, de sa voix grave, accompagné d'un léger sourire :


- Fais ce que t'as à faire.


Le noble, à l'intérieur, tremblait et pleurait de peur. Il ne serait pas étonnant que cette odeur irritante qui régnait dans l'habitacle puisse venir de ses entrailles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 255
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Re: Prise dans son propre piège [PV White] Dim 31 Déc - 10:54
Auréliane n'eut même pas le temps de faire un pas. Cet unique pas qui l'aurait plongé droit vers la mort. Car ces chevaliers avaient clairement pour ordre de la tuer, pas de la capturer pour la faire parler. Mais contrairement à ce qu'elle pensait, il y eu bien un sauveur pour venir à sa rescousse. Une pluie de flèches s'abattit sur les chevaliers. Pas besoin d'être très intelligente pour réaliser que l'homme qui tirait ne visait que les chevaliers. En fait même un idiot avec un minimum de sens de l'observation l'aurait compris. La demoiselle ne fit donc aucun geste, restant simplement immobile bien que prête à réagir au quart de tour si on l'approchait. Elle n'aimait pas ça du tout, mais c'était le mieux à faire, plutôt que de se prendre accidentellement une flèche.

C'est alors que, sans doute à court de projectiles, son mystérieux "sauveur" se montra pour achever les derniers membres de l'escorte. Les chevaliers, sans doute plus à l'aise au corps à corps et quand ils pouvaient voir leur assaillant tentèrent de répliquer. Mais l'homme était bien trop rapide. Et il avait encore l'effet de surprise. Auréliane, elle, resta immobile. L'individu pouvait parfaitement s'en sortir seul, elle n'avait aucune raison d'agir tant que sa propre vie n'était pas en danger. Et cela arriva d'ailleurs, un chevalier ayant la mauvaise idée de l'approcher. Pourquoi ? Peut-être pensait-il que si cet homme était venu à sa rescousse c'était qu'il avait un lien quelconque avec Auréliane et espérait-il faire pression en la menaçant. Grossière erreur. Si Auréliane avait pu se faire cette réputation, c'est qu'elle valait quelque chose.

Alors que le lâche tentait de l'attraper par derrière, elle sentit aussitôt sa présence, et retournant son katana, elle le frappa au menton avec le pommeau, en même temps que son genoux rencontrait violemment le ventre du chevalier. Elle le regarda s'écrouler, se disant qu'elle devrait peut-être le tuer, puisqu'il avait vu son visage... Elle verrait ça plus tard. De toute façon, elle savait se faire discrète. Et elle le serait encore plus à l'avenir. Enfin.. Elle ne pouvait pas encore se permettre de penser à l'avenir. Elle se tourna vers l'homme aux cheveux blancs alors qu'il achevait le dernier membre de l'escorte et allait ouvrir la porte du véhicule.

- Fais ce que t'as à faire.

Il était drôle, lui. Après avoir fait tout ça, il voulait qu'elle finisse ? Enfin, Auréliane s'en moquait pas mal. Elle s'avança vers le noble, entrant dans la calèche. Le noble tremblait et suait à grosses gouttes. Ecoeurant. S'il n'y avait pas eu l'homme aux cheveux blancs, elle aurait prit le temps de le faire parler pour choisir ses prochaines cibles... Mais non. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre son temps maintenant. Sans même hésiter, elle décrivit un arc de cercle avec son arme et trancha la gorge du noble. Puis, elle se tourna vers son "sauveur" et le détailla, impassible, sans sembler ressentir de remords quant au meurtre qu'elle venait d'effectuer. En fait, ça semblait déjà appartenir au passé, pour elle. Plus aucune importance.

Ce qui importait, c'était cet homme. Elle ne lui faisait pas confiance même s'il l'avait sauvé. Si elle avait du mal à croire que l'aubergiste l'avait trahi, c'est parce qu'à ses yeux, entre l'argent de dénoncer une probable meurtrière et la perspective de la mort d'un noble qui faisait tant de mal au peuple, quand on était justement du peuple... Le choix était déjà fait. Elle ne comprenait pas qu'on puisse choisir l'argent à l'élimination d'un individu aussi nocif. Alors dans ce type de situations, oui, elle était trop naïve et pas assez méfiante. Mais dans l'ordinaire, elle était toujours sur ses gardes, comme là. Pas un instant quand elle avait tourné le dos à l'homme pour "faire ce qu'elle avait à faire", elle n'avait pas été sur ses gardes. Pour elle, la vraie menace, maintenant que les chevaliers étés hors catégorie, ça n'avait pas été le noble mais bien celui qui l'avait sauvé. Malgré cette méfiance, elle ne semblait pas du tout inquiète, impassible, même si on pouvait voir qu'elle n'était pas relâché et prête à bondir.

- Qui êtes-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prisme
Prisme

Messages : 31
Date d'inscription : 22/12/2017
Inventaire : Vide

avatar

MessageSujet: Re: Prise dans son propre piège [PV White] Mer 3 Jan - 17:51

White ne comptait pas faire le boulot de la demoiselle à sa place. Il n'était intervenu que pour l'aider, en plus de la jauger. Il n'avait pas prévu de faire le travail destiné à elle seule. D'ailleurs, là aussi c'était une évaluation. Aurait-elle de l'hésitation ? Du remord ? Serait-ce un piège ? Bien que la dernière question n'aurait pas été très logique si elle s'avérait être vraie. Les rumeurs racontaient que cette fille n'attaquait que des nobles, or White n'en était pas un. Plus maintenant.

L'elfe l'observait, la suivant du regard, affichant toujours un beau sourire chaleureux. Il croisa les bras, s'adossant à la paroi de l'entrée de la calèche. Il semblait détendu. A croire qu'il faisait confiance à celle qui était en train de tuer de sang froid une personne totalement apeurée, sans défense.
Lorsque le travail fut accompli, elle se tourna vers lui, le détaillant pour, sans doute, pouvoir le jauger à son tour. Du point de vu du blanc basané, elle avait réussi le teste. Elle pouvait bien lire dans son âme, il était évident qu'il était de son côté. Malgré ça, il comprit qu'elle gardait sa méfiance. Elle avait bien raison. Ce n'est pas parce qu'une personne vous sauve une fois qu'elle ne pourra pas vous tuer par la suite. Cette fille le savait apparemment. Il avait constaté qu'elle était toujours sur ses gardes, même lorsqu'elle lui faisait dos. Elle savait s'y prendre. Néanmoins elle gardait cet air impassible. Un masque ?


- Qui êtes-vous ?


White se redressa pour ne plus être adossé, décroisa ses bras et se poussa de la sortie de la calèche puis il répondis enfin.


- Je me nomme White. Ce que tu as fais... C'est précisément ce que je recherche. Je...


Il se coupa net et tourna la tête soudainement vers le tas de corps inanimés. L'un des soldat s'était relevé pour prendre la fuite. Heureusement, l'elfe l'avait aperçu et prit une flèche de son carquois à sa ceinture, son arc qu'il avait mit, plus tôt, en bandoulière, et lui tira dessus sans hésiter. Son regard était redevenu sérieux, sévère, sourcils froncés et sourire disparu. Le projectile alla se réfugier en pleins dans la nuque, tuant sur le coup la victime, qui s'écroula au sol. Il en profita pour tuer les quelques soldats encore en vie mais inconscients en allant jusqu'à eux en leur tordant brusquement le cou.
Puis il revint presque comme une fleur auprès de la demoiselle, affichant son sourire chaleureux de nouveau, mais plus large qu'avant.


- Allons discuter de ça ailleurs, j'ai quelque chose à te dire qui pourrait t'intéresser.


Dit-il en rangeant son arc une nouvelle fois, repoussant son carquois sur l'arrière de sa cuisse, bien que ça ne serve pas à grand chose, puisqu'elle retourna sur le devant, étant accrochée à sa ceinture du le devant. Il lui restait quelques flèches encore, mais plus assez en cas de renforts. Il n'était plus bon, ni pour l'un, ni pour l'autre, de rester dans les parages.
Ainsi, il se dirigea vers une destination... Au hasard, juste histoire de s'éloigner de là. Après quelques pas, il se retourna, regardant si Auréliane le suivait. Il comprendrait qu'elle ne veuille pas le suivre, mais si elle avait un minimum de jugeote, elle comprendrait bien qu'ils se mettaient en danger ici, en plus du fait que cet elfe n'était pas un ennemi, bien qu'il était tout de même suspect.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 255
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Re: Prise dans son propre piège [PV White] Lun 8 Jan - 15:15
Auréliane attendit patiemment que l'individu lui réponde. Aucune peur ou inquiétude en elle, seulement une certaine méfiance et prudence. Ce serait bien trop bête de se faire avoir comme ça, parce qu'elle baissait la garde face à un mystérieux sauveur apparu de nulle part. La jeune femme avait bien compris qu'il ne comptait pas lui faire de mal, mais elle ne lui accordait pas sa confiance pour autant. Enfin.. Pas lui faire de mal.. Pour l'instant. Et puis de toute manière, Auréliane n'avait aucun ami. Aucun allié. Elle obtenait des informations sur les nobles par les rumeurs ou en questionnant ses précédentes victimes. Elle évitait les informateurs tant qu'elle le pouvait. Et elle se montrerait sans doute encore plus prudente à l'avenir, car son trop plein de questions sur un noble lui avait juste valu de tomber dans un piège. Même si elle avait encore du mal à croire que l'aubergiste avait pu la trahir. C'était vraiment un idiot, sans doute... Pour privilégier l'argent à la perte d'un noble.. Soit.

- Je me nomme White. Ce que tu as fais... C'est précisément ce que je recherche. Je...

White... Jamais entendu parler. Ce n'était pas très commun comme nom, pourtant. Peut-être un faux nom. Ce qu'il cherchait ? Une tueuse ? S'il voulait payer une tueuse pour éliminer qui que ce soit, il devrait chercher ailleurs. Auréliane ne touchait pas à ce genre de.. services. Personne ne lui en avait déjà demandé en face, car normalement, personne ne savait qui elle était, mais elle avait déjà entendu parler de gens qui la cherchait, non pas pour la prime, mais bel et bien pour lui demander d'éliminer quelqu'un contre de l'argent. Elle avait même vu de ces personnes, mais jamais elle ne s'était manifesté pour dire que c'était elle qu'ils cherchaient. Mais non.. Ce White ne pouvait pas être de ces gens.. Il savait se battre. Et pas qu'un peu. Il n'avait strictement aucune raison de chercher à payer quelqu'un. Et elle doutait qu'il n'ait peur de se salir les mains, vu le nombre de chevaliers qu'il avait du tuer.

Et comme pour confirmer cette pensée, White prit son arc, une flèche, et tira sans hésiter sur un chevalier survivant qui s'était un peu trop fait visible. Puis, il élimina tous les autres survivants. Auréliane le fixa, le laissant faire, de marbre. Elle n'allait pas l'en empêcher. Ces chevaliers avaient vu son visage. Elle ne pouvait pas les laisser en vie, et si White ne l'avait pas fait, elle n'aurait pas hésité à les éliminer elle-même, au final. Même si intérieurement, cela la rebutait. Ces chevaliers lui faisaient pitié. Elle resta de marbre, sans chercher à vérifier si les projectiles de l'homme faisaient mouche. Son ouïe un peu plus développée que la moyenne même pour une vampire, à force de la nécessiter lui rapporter très nettement les bruits de flèches qui se plantent dans un corps. Et le dernier râle de la victime.

Mais que pouvait bien vouloir cet homme ? Voulait-il la prime pour lui tout seul et avait-il donc décidé d'éliminer la concurrence ? Oui sauf que dans tous les cas, il avait quand même tué des chevaliers du roi, crime très grave et en l'absence d'autres suspects que lui, il serait très certainement déclaré coupable. Et c'était évident qu'Auréliane n'était pas responsable de ça. Donc non, ce n'était pas ça non plus. Ne pas trouver de réponse agaça la jeune femme bien qu'elle ne le montra pas.

- Allons discuter de ça ailleurs, j'ai quelque chose à te dire qui pourrait t'intéresser.

La jeune femme le regarda s'éloigner, claquant la langue contre son palais, n'appréciant pas vraiment cette situation. Elle se pencha pour essuyer sa lame contre les vêtements d'un cadavre, sans vraiment sembler se sentir coupable d'un tel "sacrilège". Il était mort de toute manière, ses vêtements ne lui serviraient plus à grand-chose. Alors que sa lame, à elle, lui servirait encore et afin qu'elle garde de son tranchant, il fallait qu'elle en prenne soin. Elle n'allait quand même pas laisser du sang sécher dessus, il n'y avait rien de plus affreux. Et ce serait un total irrespect pour son arme, en plus de l'abîmer. Bref. Elle finit par enchaîner le pas à White. Avait-elle hésité ? Non. Elle lui faisait un minimum confiance.. Non, pas confiance. Elle savait juste que quoiqu'il lui veuille, elle n'était pas en danger pour l'instant. Et qu'au contraire, le plus dangereux serait d'attendre là, bêtement que des renforts arrivent.

La première chose qu'elle avait appris en se lançant dans l'assassinat, c'était de ne jamais, au grand jamais restait une seconde de trop sur les lieux une fois le travail effectué. Et de plus, la route était assez fréquentée pour qu'une autre calèche, de marchands ou de nobles y passent. Vu le piège qui lui avait été tendu, il était fort probable qu'elle avait été fermée, mais il y avait toujours des idiots pour enfreindre les règles ou les consignes de sécurité. Néanmoins, elle devança rapidement l'homme, indiquant une direction.

- Il y a un endroit tranquille pas loin, dans la forêt. Personne ne viendra nous y déranger. C'est à, à peine, dix minutes de marche.

La jeune femme rejeta légèrement la tête en arrière pour jeter un regard en biais à l'homme. Ce n'était pas un ordre que de la suivre, mais son regard indiquait clairement qu'elle n'irait pas ailleurs. De toute façon, elle avait quelques affaires à récupérer. Pas grand chose en fait, un minuscule sac de toile qu'elle pouvait abandonner si besoin et qu'elle avait enterré pour être sûr que personne ne le trouve trop facilement. C'ét ait dans la forêt, et le chemin était un peu escarpé pour que des aventuriers décident de l'emprunter. Ce n'était pas dangereux, loin de là, mais personne ne décidait de se lancer à l'exploration sur des routes telles que celle-ci. Ce n'était pas un endroit pour. Et c'était suffisamment éloigné de la route pour qu'on ne les remarque pas. Auréliane y avait passé sa nuit. Enfin sa nuit. Si on pouvait qualifier trois misérables heures à attendre sa cible et à se préparer d'une nuit de sommeil. Elle n'avait même pas dormi d'ailleurs, juste sommeillé. Car elle avait appris que malheureusement le sommeil est important. Elle dormait toujours d'une oreille, malgré tout. Mais en tout cas, elle connaissait le lieu dans les moindres détails. Limite elle était capable de décrire à l'écorchure près comment était l'arbre adossé auquel elle avait aiguisé son katana par pure précaution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prisme
Prisme

Messages : 31
Date d'inscription : 22/12/2017
Inventaire : Vide

avatar

MessageSujet: Re: Prise dans son propre piège [PV White] Dim 14 Jan - 17:59


- Il y a un endroit tranquille pas loin, dans la forêt. Personne ne viendra nous y déranger. C'est à, à peine, dix minutes de marche.


White hocha la tête après les dires de la demoiselle, puis sans dire un moment de plus il se mit en marche, suivant sa future camarade.
Ils s’engagèrent alors sur une route légèrement escarpée. Assez pour que les nobles ne viennent pas s’y promener, ayant trop peur de se salir, mais pas assez pour ‘empêcher un chevalier de passer. Quoi que, même ces derniers n’auraient pas eu l’idée d’aller jusqu’ici, d’après l’elfe.
Le blanc fit attention à chaque brindille, chaque arbre pour ne pas se perdre si la jeune femme avait décidé de l’abandonner, ou de l’attaquer. Bien qu’il se défendait plutôt bien et qu’il l’avait prouvé, il n’avait pas envie de se battre contre elle. Parce que déjà, ça signifiait lui faire du mal. Et pour la faire venir dans son camp, lui infliger des souffrances était vraiment la dernière chose à faire. Il devrait juste fuir. Car oui, même s’il la suivait et voulait la recruter pour son organisation, il ne lui faisait pas non plus confiance.

Une fois arrivé à ce qui semblait être le lieu de campement de la demoiselle, White s’arrêta en face d’elle, se racla la gorge, et reprenant son doux sourire pour reprendre la parole. Histoire d’être accueillant et de donner envie à cette inconnue de le rejoindre.


- J’ai besoin de gens forts, comme toi, détestant les nobles. Une personne pouvant suivre ma cause sans se poser de question. Ce que je veux dire par là, c’est que… Déteste-tu vraiment les nobles ? Car… Mon objectif, le but de ma création, c’est de les faire payer. Si tu tiens à ne serait-ce qu’un seul d’entre eux, ça risque de devenir un frein.


Au fur et à mesure de ses dires, le visage de White devenait de plus en plus sérieux, voir même stricte.


- Connais-tu le Prisme ? C’est une organisation « criminelle » dans le but de les nuire, de les détruire. Pour le moment, elle est encore restée secrète. Si tu n’en as pas encore entendu parler, c’est normal. Je ne m’attends pas à ce que tu me fasses confiance, ni à ce que tu écoute mes ordres, ou les suive même. Si tu nous rejoins, tu seras même libre de faire ce que tu voudras. Il suffira juste d’être là aux moments importants. Lors des assauts, des missions…


Il marqua un temps de pause, puis reprit :


-Mais saches que tu ne seras plus seule. Peut-être que pour toi, c’est ce que tu préfères, mais… Regarde ce qu’il s’est passé aujourd’hui… Avec le Prisme, ça n’arrivera plus. Tu peux te dires que tu ne referas plus les mêmes erreurs, sauf que l’erreur fait partie de nous, les chevaliers évoluent également, tout change. Faisons ensemble le changement qu’il faut pour tous. Pas pour les nobles, pas pour qu’ils s’engraissent des biens du peuple.


Il s’arrêta de parler. Il fixait la jeune femme en face de lui. White semblait lire en elle, à croire qu’il voyait même son âme. En réalité, il voulait percer la moindre petite réaction, un petit mouvement, un battement de cils, un sourire étouffé, un léger froncement de sourcils… Il l’observer pour savoir ce qu’elle pensait de ses dires. L’étude corporelle aidait beaucoup pour ça. Certains utilisait cette science pour arnaquer les passant avec des pseudo-tours de passe-passe, White, lui, l’utilise pour connaitre les gens, pour trouver les menteurs, pour cerner son entourage. De ce qu’avait pu voir l’elfe de cette demoiselle, elle était douée pour ne pas montrer d’émotions. Néanmoins, elle en éprouvait. Mais pile ce qui était bien pour ce que cherchait le blanc.

Après cette pause qu’il avait prit pour laisser la jeune femme le temps de réfléchir tranquillement, il lui tendit la main, affichant de nouveau un sourire chaleureux.


-Je ne te forcerai pas, si tu n’es pas sûre de toi, laisse-moi au moins te montrer…


Il se doutait très fortement qu’il tendait sa main dans le vide. Ce genre de fille aimait sans doute mettre des vents. Surtout tenir la main à un homme plus âgé comme ça… Ça pouvait paraître très étrange… Même s’il était son père.
Mais cette main tendue était surtout un signe pour lui montrer une nouvelle fois qu’il était sincère et qu’elle n’avait rien à craindre de lui. D’ailleurs, en cet instant, c’était lui qui se mettait le plus en danger, lui, et le Prisme. Car il révélait ses intentions et celle de son organisation. Et il s’apprêtait à lui dévoiler où se trouvait le quartier général.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 255
Date d'inscription : 17/09/2017
Inventaire : -Katana magique contrôlant l'eau

avatar

MessageSujet: Re: Prise dans son propre piège [PV White] Mer 24 Jan - 21:37
Auréliane semblait fixer White, plus par politesse qu'autre chose, mais à peine commença-t-il son discours qu'elle sembla préférer déterrer son sac en toile contenant ses quelques affaires, comme s'il l'ennuyait. Même si son expression restait impassible. Ce qu'il lui racontait ressemblait un peu trop à un "recrutement" et à vrai dire, elle n'aimait pas trop ça. Entre ce piège dans lequel elle était tombée et ça... Que des gaffes qui s'enchaînaient. Car oui, s'il l'avait trouvé c'était à cause d'un manque de discrétion, non ? Etait-elle devenu trop confiante en ses capacités au point de commettre de telles erreurs ? Malgré tout, elle l'écoutait réellement, bien que pas du tout intéressée. Est-ce qu'elle détestait vraiment les nobles ? Elle n'avait même pas envie de répondre à cette question. Néanmoins, lorsqu'il envisagea qu'elle puisse être attachée à ne serait-ce qu'un seul noble, elle se releva lentement, son sac à la main, ayant pu le récupérer.

Si son corps ne semblait pas particulièrement tendu, ou du moins juste ce qu'il faut quand on est aux aguets, et si son visage ne reflétait toujours aucun sentiment, on pouvait voir son regard qui brûlait presque de rage. Comment osait-il sous-entendre ça ?! Elle, fricoter avec des nobles ? Et puis quoi encore ?! Plutôt mourir, oui ! Comme si elle avait la tête d'une de ses femmes qui mettaient en valeur leur poitrine pour séduire les nobles et mettre la main sur leur fortune.. Non, car à part ça, il lui semblait impossible qu'une personne sensée appartenant au peuple puisse tenter de s'approcher d'un noble. Les métiers de serviteurs ou autre étaient un autre cas.

- Les nobles sont les meurtriers de ma famille entière. J'avais des frères et soeurs qui avaient à peine 5 ans et à qui ils ont pourtant fait subir la torture. Etre attaché à l'un d'eux n'est pas concevable.

Et sans pouvoir s'en empêcher la colère dans son regard semblait croître. Enfin, elle avait toujours été là mais bien cachée... La jeune femme écouta quand même son discours. C'était à croire qu'il avait soigneusement préparé son texte. Mais peu importe comme cela pouvait être joliment formulé ou non, Auréliane ne comptait pas revenir sur sa décision première : refuser. Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis ? Eh bien peu lui importait d'en être une. Elle serra les poings quand il lui fit remarquer "ce qu'il s'était passé aujourd'hui" pouvait très bien se reproduire. Elle le savait ça. Elle le savait qu'elle ne pouvait pas continuer ainsi. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait faire d'autre ?! Hors de question de rejoindre cette organisation ! Elle était seule. Seule depuis qu'on lui avait tout pris. Et plus jamais elle ne voulait tout perdre ainsi, à nouveau. Alors pour que ça n'arrive pas encore une fois, le plus simple était de rester solitaire. Pour toujours. Elle fixa la main qu'il lui tendait, impassible. Elle l'aurait serré sans s'embêter du fait que ça puisse paraître étrange si elle avait voulu rejoindre le prisme. Or ce n'était pas le cas, elle secoua donc la tête négativement.

- Je ne te forcerai pas, si tu n’es pas sûre de toi, laisse-moi au moins te montrer…

- Je refuse. J'ai parfaitement conscience de ne pas pouvoir continuer ainsi et que cela finira par me perdre, mais qu'importe. Je préfère à ça à rejoindre ce... "Prisme". Même juste pour "me montrer".

Aucun mépris dans sa voix, seulement un refus catégorique. Son ton était pourtant totalement neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Prise dans son propre piège [PV White]
Revenir en haut Aller en bas
Prise dans son propre piège [PV White]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dan Boyle marque dans son propre but en prolongation !
» ◭ The confrontation _ Eve et Enora
» [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher
» EVENT #2 - du côté de la Nouvelle Orléans
» Harry Joseph dit '' VANTBÈF'' au prise dans un scandale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
City of lies RPG ::  :: Les plaines-
Sauter vers: