Partagez|

Alfin Rainsworth ~ Présentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Habitant
Habitant

Messages : 25
Date d'inscription : 20/09/2017

avatar

MessageSujet: Alfin Rainsworth ~ Présentation Mer 20 Sep - 22:31
Alfin Rainsworth


Alfin, vampire de neuf ans, vivait autrefois chez un Noble, dans une demeure luxueuse. Il ne vit jamais l'extérieur, restant cloîtré entre les murs de la maison de son hôte. Vers l'âge de sept ans, un incident le traumatisant à vie se produisit, continuant également sur une longue période, jusqu'à ses neuf ans où il réussi à s'enfuir de cette "prison", devenu un vrai enfer pour lui. Cet événement transforma bien évidemment le jeune garçon en un enfant solitaire, craintif, apeuré de n'importe quoi, ne faisant confiance à personne, mis à part sa sœur bien qu'il eu un temps d'adaptation assez lent.  

Age : 9 ansRace: VampireOrientation: Inconnue
Métier: //Groupe: HabitantsSource: Orihara Izaya (enfant) - Durarara

Alfin est d'apparence quelque peu spéciale. Déjà, à première vue, on remarque immédiatement son extrême maigreur dont les os, très fins, n'arrangent pas les choses. Cela en fait un enfant très faible, certainement dû à une naissance prématurée. De ce fait, il est incapable de se défendre tout seul et le peu de muscles qu'il possède ne l'aide pas dans ce domaine. Ainsi, il est souvent trimbalé de partout, sans forcément son avis mais de toute façon, se débattre ne servira à rien vu sa carrure pour le moins... pitoyable. La seule chose dont est fière Alfin, mais qui pourtant ne la pas aidé dans sa vie, ce sont ses yeux, plutôt particuliers. En effet, l'enfant possède des yeux vairons, dont l’œil droit est vert et le gauche mauve, ce qui lui donne un regard original mais surtout très pesant pour les gens l'ayant rencontré. Car oui, souvent, ses yeux mettent mal à l'aise ses interlocuteurs ou, au contraire, les passionnent et les admirent parfois de trop près...
Outre cela, le jeune garçon possède tout d'un enfant normal. Ses cheveux, souvent ébouriffés et mal coiffés, sont mi-longs et de couleur châtain-bruns. Il ne s'en occupe pas vraiment, c'était plutôt son "père" qui semblait les apprécier et les coiffer de temps à autres. Désormais, il les laisse de cette longueur et pense parfois à se les couper pour ne plus être embêté pas des mèches rebelles. Hormis ses cheveux, le jeune garçon possède un visage très fin, semblable à celui d'une fille, tout comme son teint pâle, faisant un certains contraste avec ses yeux. De plus, Alfin n'est pas un enfant très grand, au contraire, sa taille est en dessous de la normal pour son âge. Ainsi, il n'est pas rare de se tromper sur l'âge de lu petit.

Malgré ce physique d'enfant, Alfin ne manque pas de maturité. Car oui, avant tout, ce qui fait une personne, c'est son mental, sa façon de pensée bref, sa façon de vivre. Et sur ce point, le gamin est certainement une exception comparé aux autres jeunes de son âge. Du haut de ses neuf ans, il a su acquérir une maturité digne d'un adulte, de part des expériences douloureuses et une prise de conscience un peu trop rapide... vraiment trop même. Cela en fait un gosse sauvage, traumatisé de sa vie d'il y a quelque temps. Il ne supporte personne, ou plutôt, est effrayé de tout le monde. Il reste seul, dans son coin, dans le noir, sans parler, sans bouger... Il ne peut tout simplement plus vivre, sa vie a été brisée, sa confiance totalement perdue. Son âme d'enfant n'est plus, depuis ses sept ans, il n'est plus un petit bout de chou dont on souhaite s'occuper à temps plein. Il est désormais un Homme enfermé dans ce corps qui ne lui correspond pas.

Sauvage, il l'est, indépendant et autonome également. Il ne souhaite l'aide de personne, ni l'affection de quiconque. Son être lui appartient, il souhaite diriger sa vie, prendre les choses en main, pas comme avant. Non... Cette vie, il l'oubliera, il fera en sorte de l'oublier, même si elle restera à jamais gravée dans cœur tout comme dans son corps. Ces gestes, ces douces paroles, il est dégoûté de tout ça. Il est dégoûté de tout, du vivant, de l'être en lui-même, mais également de sa personne. Pourtant, il y a bien une personne a qui il tient, ou du moins commence à tenir. Bien que ses neuf longues années ont fait d'Alfin ce qu'il est aujourd'hui, c'est-à-dire une personne trop mature, être aux côtés de sa sœur le fait retomber dans une vraie enfance. Jouer et être câliné, il réapprend tout ça, il apprécie de nouveau ce contact avec les autres. Cependant, il lui faut du temps, une adaptation parfois très longue et pas gagnée d'avance. Mais il ne faut pas lâcher l'affaire, non, il ne faut pas laisser tomber cette nouvelle vie. Et ça, le jeune garçon le sait. Dans sa vie de tous les jours,  il apprend à se connaître, il se dévoile, il prend des initiatives et surtout il persévère. Cela en fait un gamin têtu, qui ne manque pas de caractère malgré ce petit corps. D'où vient cette insistence envers sois-même ? Peut-être du fait qu'il sois un vampire, et qu'il ne se controle pas tout à fait. Bien qu'il ait été nourris au sang et à l'alimentation humaine depuis son enfance, il n'a appris que récemment sa vraie nature. Et depuis cet événement, il lui est compliqué de se retenir de sauter sur chaque passants pour le vider de son sang. Une haine qui grandit au fil des jours, un corps qui se développe, un vampire qui naît pour de bon. Il travaille cette maîtrise de sois, bien évidemment. Mais lorsqu'on apprend qu'on est une créature assoiffée de sang il y a seulement de ça une semaine, on ne pense qu'à une chose : boire cette substance si attirante.

Un jour sombre, cet enfant au destin tragique naquit de parents aimants. Il était entouré de frères et sœurs et était le petit dernier de la famille. Ainsi, cette place de cadet aurait dû lui procurer l'attention de tout le monde, et aurait certainement été chouchouter par son entourage. Mais que voulez-vous, le destin était contre cette option peut-être trop niaise et utopiste et tout bascula du jour au lendemain. Une catastrophe dont le jeune enfant, alors âgé de seulement quelques mois, ne se souvient guère. Un incendie, des cris, l'odeur du sang et des cadavres brûlant juste devant lui... Et lui d'ailleurs dans tout ça, où était-il, que faisait-il ? Eh bien, comme tout bébé, même vampire, il dormait à l'étage, tranquillement. Et c'est lorsque la maison se mit à brûler et qu'il ressenti une certaine chaleur et une fumée quelque peu toxique qu'il se mit à hurler. Un hurlement de peur, de colère certainement, mais également un appel à l'aide. Mais ce ne fut pas son aimable mère ou bien son père qui vint à son secours. Non, loin de là, c'était l'un des meurtriers, l'un des assassins de cette catastrophe. Un homme à la chevelure rouge, certainement intrigué par les cris incessants du gamin, avait dû venir voir qui se cachait à l'étage, et il avait découvert Alfin, bougeant nerveusement dans son petit lit. Et l'inconnu l'avait sauvé des flammes, ou plutôt kidnappé. Un acte de pitié, ou tout simplement de bonté ? Qui sait, mais l'homme amena le petit chez lui et s'en occupa comme s'il en était le père. Ce fut d'ailleurs lui qui donna le nom d'"Alfin" au bébé.

Les années passèrent, et le petit garnement devint grand. Il était drôlement attaché à ce "nouveau père" dont il ne connaissait bien évidemment pas la véritable identité. Il vivait heureux dans cette grande maison, en compagnie de l'homme roux et de ses serviteurs. Alfin pouvait se baladait dans la demeure comme bon lui semblait, mais étrangement, du haut de ses cinq ans, il n'avait jamais remis les pieds dehors depuis le terrible incident. Alors le gamin se posait des questions, il tentait de regarder par les fenêtres qui étaient à sa hauteur mais son "sauveur" ne le laissait jamais contempler bien longtemps le paysage. Alors Alfin se disait que c'était normal, que dehors c'était peut-être dangereux, et qu'il faisait une erreur de penser à y aller un jour. Et au fil des années, il se désintéressa complètement du monde extérieur, préférant s'amuser avec son "père" et découvrir de magnifiques mondes à travers les histoires lues pas le rouquin. Cette vie, l'enfant l'appréciait énormément et il la chérissait au plus au point. Il voulut que tout cela continu jusqu'à la fin de ses jours. Mais bien évidemment, cela ne pouvait se produire, et sa vie bouscula peu de temps après l'anniversaire de ses sept ans.

Quand on vient d'avoir sept ans, on ne se rend pas forcément compte que l'on grandit. Mais la maturité vient sans que l'on sache, et ce au fil des événements. Parfois, on devient un peu collant ou on préfère s'amuser avec nos amis. Chez Alfin, c'était une toute autre chose. Ne vivant qu'avec un père dont il ne connaissait quasiment rien, il ne pouvait que lui demander de jouer avec lui ou de lui trouver un ami. Mais malgré tout, le jeune garçon voulait une certaine indépendance, juste un petit peu pour montrer qu'il grandissait et qu'il en était fier. Et pourtant, cette fierté, il ne l'acquis jamais. Pourquoi ? Car son "père" ne semblait lui laisser aucune autonomie et devenait de plus en plus proche de l'enfant. Dans la bain par exemple, Alfin se souvient lui avoir pourtant demandé de le laisser se doucher tout seul car il savait faire. Pourtant rien ne changea et, au contraire, l'homme aux cheveux rouge ne lâchait pratiquement plus le jeune garçon. Il dormait désormais avec lui toutes les nuits alors qu'autrefois, le petit ne partageait son lit avec personne.

Cette drôle de situation prenait de l'ampleur de jours en jours sans qu'Alfin ne comprenne. Il se disait que son père avait peut-être désormais plus de temps pour rester avec lui. Mais cette supposition ne répondait pas à toutes les question du jeune garçon. Car oui, malgré ce rapprochement soudain, quelques des habitudes de vie de cette "famille" changea étrangement. Ce qui choqua le plus Alfin était certainement les câlins que pouvaient se faire les deux êtres. Avant ses sept ans, le petit garçon ne recevait que des câlins affectueux sur la tête mais désormais, c'était une toute autre chose. Ils étaient plus... longs et brutales. Les mains de son "père" se baladait parfois sur le long du corps fin de l'enfant qui se laissait bien évidemment faire, sans comprendre les agissements de son paternel. Dans la douche également, l'homme devenait étrangement tactile et Alfin se souvient des longs moments passés contre le corps dénudé du roux.

Et c'est à l'âge de huit ans que le jeune garçon comprit ce qu'il se passait. Tous ces attouchements sur son corps n'était en fait qu'une préparation à ce jour, ou plutôt cette nuit. Et Alfin se souvient de ce moment comme s'il le revivait chaque jours. C'était en hiver, il faisait terriblement froid et le jeune garçon découvrit, derrière les vitres de la fenêtre, ce que l'on appelait la "neige". Cependant son paternel ne semblait pas tant heureux de le voir admirer cette matière blanche. Non, il était dans un tout autre état. La journée passait longuement et arriva l'instant tant redouté. Il était pourtant encore tôt, mais on demanda à Alfin d'aller se coucher et c'est là que le cauchemar commença. Apparut devant ses yeux innocents l'homme roux, entièrement dénudé, dans un lit bien trop grand pour le gamin qui tenta de quitter la pièce au plus vite. En vain, on l'avait rattraper et déshabiller dans le même temps. Tout se passait trop vite, bien trop vite. Alfin se débattait sans relâche, allant presque jusqu'à se blesser volontairement dans cette tentative de fuite. Mais il s'épuisa au bout de seulement quelques minutes et devint le jouet de cet homme qu'il allait haïr tout le long de cette nuit, jusqu'à la fin de ses jours. Les minutes devenaient des heures pour l'enfant qui avait encore la force d'hurler à chaque douleurs ressenti dans le bas de son dos. Ses muscles se crispaient, son corps brûlait et sa sueur se mélangeait à celle de son violeur. Ses frêles petites jambes étaient bloquées par celles, bien plus imposantes, de son paternel qui lançait des gémissements faisant frissonner l'enfant. Ses bras étaient bloqués eux aussi, et son buste était écrasé par l'importante masse de muscles du roux. Des mains baladeuses se promenait le long de son corps, semblant chercher un endroit précis, sensible, faisant réagir Alfin à chaque fois qu'il trouvait ce lieu. De pénibles gémissements sortaient de la bouche du gamin dont le visage, trempé de sueur et de pleurs incessants, était comparable à celui d'un cadavre. Pourtant, cela ne semblait pas déranger l'homme qui continuait son affaire avec de plus en plus d'énergie et plus de volonté. Lorsque leurs corps se séparaient, c'était au tour de leurs bouches de mélanger avidement leurs salives et autre substances qu'Alfin aurait préféré ne pas connaître. Et, lorsque l'enfant devint un vrai pantin, se laissant toucher de partout, sans aucune résistance ni aucun appel d'aide, son esprit s'envola lentement, laissant place aux songes. Alfin ne sut jamais si l'homme continua à le violer même dans son sommeil, mais le lendemain matin, son agresseur n'était plus à ses côtés, et le corps du gamin semblait s'être rafraîchit et avoir reprit quelques couleurs, comme si rien ne s'était passé, même si l'on apercevait bien évidemment des marques le longs de son corps le rappelant à la réalité.

Les jours passèrent longuement suite à cet événement pour le moins traumatisant pour Alfin qui devait tout de même continuer à vivre comme il l'avait fait avant. Même si son corps ne lui appartenait plus, son esprit, lui, n'abandonnait pas. Malgré que cet incident se reproduisit un nombre incalculable de fois, c'est à l'âge de neuf ans que le gosse réussit à se libérer des mains de son ravisseur. Et c'est également à ce moment qu'il découvrit sa nature de vampire. Alors que l'homme tentait de l'embrasser, l'enfant, pris d'un élan de rage, lui avait violemment arraché  l’œil, ne laissant qu'un trous vide dont le sang coulait tel un ruisseau. Alfin le buvait tel une bête sauvage n'ayant pas mangé depuis des lustres et il s'accrocha à son violeur avec une force qui lui était inconnue. Cependant, cela ne dura que quelques secondes avant que l'homme ne réagisse et l'enfant en profita pour attraper le premier vêtement à sa portée, à savoir une simple veste, puis s'enfuit en courant à travers cette demeure dont il connaissait chaque recoin. Il ne lui restait plus qu'une fenêtre à briser et le voilà libre.

Après cela, Alfin erra dans les rues des villes, parfois mal fréquentées. Il était devenu l'un de ces gosses qui ne pensent qu'à survivre et à voler le premier fruit à l'étalage du coin. Cette nouvelle vie ne dura que quelques semaines. Même si ce fut court, ce temps passés dans le froid avec pour seul habits une veste quelque peu abîmée et un pendentif rouge qu'il possédait depuis son enfance l'avait totalement changé et il apprit ce qu'était la dure lois du plus fort. Car oui, dans la ville, ou plutôt dans les ruelles, c'était "survis ou crève", "bats-toi ou meurs" et d'autres règles bien plus loufoques. Le gamin s'adapta assez vite à ce nouvel environnement, bien que parfois, lorsque ses forces l'abandonnait et que la mort le guettait, il songeait retourner chez son ravisseur. Mais il chassait cette idée aussi vite que possible, ne voulant plus revivre ce même cauchemar.

Et un beau jour où le temps devenait de plus en plus chaud, il fit la rencontre d'Auréliane. Elle l'avait pris en flagrant-délit entrain de voler un marchand. Une habitude chez Alfin qui avait pris ses jambes à son cou et avait disparu dans la ruelle la plus proche. Cependant, la jeune femme ne semblait pas lâcher l'affaire et elle l'attrapa une première fois, croisant les yeux vairons du gamin qui était tout autant choqué qu'elle. Mais il continuait pourtant à fuir, par réflexe ou par survie. Mais l'inconnue ne tarda pas à le rattraper et se présenta comme étant sa sœur. En effet, ils possédaient tous deux les même pendentifs. Le jeune garçon le portait en collier tandis que la demoiselle les avait en boucles d'oreilles. Bien qu'Alfin fut pour le moins surpris et réticent à l'idée de vivre chez elle, il la suivit, certainement pour ne pas rester à croupir au milieu des ruelles. Désormais, il tente d'en découvrir un peu sur la demoiselle et sur sa vraie famille, et découvrir qui il est vraiment.

Pseudo: Igloo/Aika
Âge: 16 ans
Comment as-tu découvert le forum: Grâce à Auréliane ♥
Commentaire: LE forum est juste magnifique, le staff a fournis un travail très sérieux !
Oh et en passant, je veux être validée par Auréliane (non non, je ne suis pas chiante /pan/) !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin

Messages : 48
Date d'inscription : 17/09/2017

avatar

MessageSujet: Re: Alfin Rainsworth ~ Présentation Jeu 21 Sep - 12:55
Alfiiiin !
Bienvenue officiellement o/
Et merci du compliment, ça nous touche ♥

Enfin. J'ai relu ta fiche et tout est nickel, quelques rares fautes par-ci, par-là, mais rien de bien flagrant. Je vais donc te valider tout de suite :3 (sans tout casser, promis /pan/)
Au plaisir de rp avec toi ! (de toute façon, tu n'as pas le choix, tu es obligée de rp avec moi èwé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfin Rainsworth ~ Présentation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
City of lies RPG ::  :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: